HomeÀ la uneUCAD – Des étudiants portent plainte contre Ecobank

UCAD – Des étudiants portent plainte contre Ecobank

Ecobank

« Trop, c’est trop !», telle est la phrase que l’on crie sur les toits, lorsqu’on ne peut plus supporter une situation. Et, ce cri du cœur est aujourd’hui devenu l’hymne des étudiants, qui n’ont que trop supporter la situation infernale qu’ils vivent, notamment avec l’institution financière Ecobank. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle ils portent plainte contre cette banque chargée de leur faire parvenir leurs bourses.

Les étudiants de l’Université Cheikh Anta Diop (Ucad) traîne Ecobank en justice. Une plainte contre cet établissement financier a été officiellement déposée auprès du Procureur de la République, si l’on en croit le site emedia rapportant une conférence de presse des étudiants au Campus.

Les étudiants de l’université Cheikh Anta Diop ont dénoncé une « arnaque », de la part d’Ecobank. C’est ce qu’ils ont affirmé, face à la presse, ce mardi 6 août 2019, au sein du campus social. Un des porte-parole, Doudou Diouf, qui est par ailleurs le président de l’amicale de la FASEG soutient : « certains de nos camarades qui ont régulièrement une bourse de 40 mille francs CFA se retrouvent parfois avec 20 mille francs. C’est du vol.» Toujours s’exprimant sur cette « arnaque » de la part de l’institution bancaire, il confie à nos confrères de emedia : « il y a certains étudiants qui perdent définitivement leur bourse parce qu’ils ont laissé longtemps leur argent dans leur compte. À chaque fois, la banque leur fait savoir que l’argent a été retourné au niveau du Trésor, ce qui n’est pas vrai », regrette l’étudiant.

La colère des étudiants va aussi à l’endroit des partenaires d’Ecobank. Selon Cheikh Ahmadou Bamba Faye, président de l’Amicale des étudiants de Médecine, de Pharmacie et d’ontologie, « les filiales d’Ecobank à savoir, Wari, Wizell sont aussi coupables. Nous sommes obligés à chaque fois de payer des montants exorbitants pour recevoir notre bourse.»

Les étudiants ont, dans le même temps, déploré l’exclusion de 4 de leur camardes de l’université Gaston Berger de Saint Louis, accusés d’avoir saccagé le bureau du recteur.

Reporters sans front
Un archevêque quali