Seydi Gassama compare Macky Sall à Yahya Jammeh…

Seydi Gassama - Secrétaire exécutif d’Amnesty international

…Ou, il compare plutôt les actes du président Sénégalais à ceux de l’ancien homme fort de la Gambie. Mais, une certaine sagesse confirme qu’on est ce que l’on fait. Si alors Macky fait ce que faisait Yahya, il est ce que ce dernier était. Si, encore, Jammeh était considéré comme “dictateur ” et que Sall agit de sorte qu’on reconnaisse l’autre en lui, c’est qu’au fond, la dictature est une caractéristique commune aux deux dont il est ici question. Mais, trêve de commentaires !  Qu’a donc dit Seydi Gassama ?

Sur son compte tweeter, le directeur exécutif de Amnesty international Sénégal écrit : “En Gambie, sous Yahya Jammeh, la distribution de Tshirts ou de flyers appelant à la démocratie, ou contenant des mots d’ordre contraires aux politiques du gouvernement, pouvait conduire leurs auteurs à la prison.” N’est-ce pas, qu’il y a là une ingéniosité langagière de la part de Seydi Gassama, qui s’amnistie de toute accusation de dictature à l’endroit du Président Macky Sall, en ne le citant pas, et en usant d’une imagerie lointaine pour parler d’une chose (réalité) proche.

En effet, lui ne le dit pas, ou ne le dit que d’une manière voilée. Ceux qui ont commenté le tweet ont pour leur part saisi la symbolique de cette phrase. Et il faut avouer qu’on n’a pas besoin d’être Einstein pour la saisir, cette symbolique. L’un deux, dira d’ailleurs : “Cela nous rappelle la phase de clandestinité des années 1970. Les “groupuscules gauchistes” au pouvoir ne me démentiront pas. Ils veulent nous ramener en arrière. Ce que les jeunes ont fait hier, nous le faisions sans problème dans les années 1980.” Pour dire qu’une partie des opprimés d’hier, opprime aujourd’hui. On le sait, autour de Macky Sall, il y a des figures qui incarnaient la gauche sénégalaise. Aujourd’hui donc, les voilà au cœur d’un pouvoir que l’analogie rapproche de celui de Yahya Jammeh.  Un autre commentaire au tweet de Seydi Gassama va plus loin. “Nous vivons dans une Dictature et devons appeler un chat, un chat. La Liberté sous Macky n’a jamais été respectée, les multiples arrestations (Adama Gaye, Karim Wade, Khalifa Sall, Guy Marius Sagana…) nous le rappellent.” Chat étant chat, pour Seydi Gassama et ses commentateurs, Macky Sall est un dictateur…

“Ce que les jeunes ont fait hier” (ceux de Ñoo lànk) apparaît alors comme une Liberté de contestation, qu’un appareil politique dictatorial veut nier. Puisque “distribuer des flyers” pour dénoncer l’augmentation du coût de l’électricité (par exemple) est “contraire aux politiques du gouvernement “, ça vaut la prison aux auteurs de la contestation.

N’est-ce pas que c’est beau, tout ça ! Un ancien maoïste à la tête d’un appareil répressif autour duquel gravitent des “groupuscules gauchistes” et qui intime aux refuseurs de “Ñoo lànk ñoo bañ” l’ordre de ne ni lànk, encore moins de bañ…

          ♦ Moussa Seck – laviesenegalaise.com

Les révélations de
Premier League : Liv