HomeÀ la uneRencontre pouvoir et opposition : Pds, Rewmi, Pastef, Act… Les principaux absents du dialogue

Rencontre pouvoir et opposition : Pds, Rewmi, Pastef, Act… Les principaux absents du dialogue

opposition-senegalaise-malick-gackou-abdoul-mbaye-idrissa-seck

La classe politique sénégalaise renoue avec le fil du dialogue. Après plusieurs années de divergences sur presque toutes les questions ayant trait au processus électoral. En attendant le dialogue national du 28 mai prochain, elle a amorcé hier, jeudi, les pourparlers pour arrondir les angles sur les questions électorales, notamment celles qui ont toujours été contestées par l’opposition. D’ailleurs, le Pds, Rewmi, Pastef, Act… sont les principaux absents du dialogue.

L’amorce du dialogue politique s’est faite sans le Parti démocratique sénégalais d’Abdoulaye Wade, le Rewmi d’Idrissa Seck et l’Alliance pour la citoyenneté et le travail d’Abdoul Mbaye, parmi d’autres partis d’opposition. Pour autant, elle s’est déroulée sous de bons auspices. Même s’il a connu, par moments, quelques errements avec des mélanges de genre et des discours laudateurs à même de saper les concertations, le dialogue politique a toutefois les chances d’aboutir sur de larges consensus. C’est du moins la forte conviction exprimée par le ministre de l’Intérieur Aly Ngouille Ndiaye, à la fin des travaux du premier jour. “Dans l’ensemble, les choses se sont bien déroulées. Il n’y a eu aucun contentieux, aucun écart de langage, hormis quelques propos politiques. Je crois que si on continue dans cet état d’esprit, nous pouvons aboutir à de larges consensus’’, a déclaré le ministre en charge de l’organisation des élections au Sénégal.

Seulement, Aly Ngouille Ndiaye a appelé les partis d’opposition au dépassement. “La focalisation sur nos divergences et l’absence d’efforts pour comprendre les motivations sérieuses de l’autre, plombent les conditions d’un rapprochement préalable à l’avènement d’un consensus. Nous invitons donc à l’abandon de toute posture qui entrave la propension à l’écoute ou qui encourage le boycott nuisible au consensus. Nous pensons qu’il faut bannir la politique de la chaise vide, car l’absent n’expose pas et celui qui n’expose pas ne peut en aucune manière convaincre’’, persifle Aly Ngouille Ndiaye, dont les propos sont rapportés par le journal EnQuete.

Mauritanie : Six can
Yaya Touré met un t