REJET DE LA DIASPORA DANS LE DÉBAT NATIONAL : HSF regrette un dialogue décalé

Pour réussir un dialogue constructif allant dans le sens de l’intérêt général d’une Nation dans un contexte géopolitique et géoéconomique aussi tendu, un Etat doit être  neutre, passif et à l’écoute  surtout quand il s’agit de sujets aussi sensibles et complexes tant sur le plan juridique, socio-économique  et pratique.

Boubacar Seye  Président d’Horizon Sans Frontières

Boubacar Seye, Président d’Horizon Sans Frontières

Au lieu d’exclure des acteurs aussi potentiels que la Diaspora qui pèse plus  que l’aide au développement, il ferait mieux  de  faire une addition qui est sans doute la règle d’or la plus élémentaire  pour gagner en politique.

L’Etat devrait soutenir un  processus  de dialogue   dans un cadre de réflexion  qui va permettre aux acteurs de s’exprimer en toute liberté et faire valoir l’objection de conscience qui est un droit humain indispensable dans  tout Etat de droit.

L’absence bien remarquée   de Horizon Sans Frontières dans un  ce débat  national intrigue  au moment où  nous sommes interpellés par le monde entier sur les problématiques de (l’immigration –paix et sécurité), du chômage des jeunes favorisant les risques de propension à l’émigration clandestine qui continue d’endeuiller le pays.

Bref autant d’interrogations qui ont suscité colère et indignation aussi bien qu’au niveau  national qu’au sein de la diaspora et Horizon Sans Frontières regrette encore une fois cette gestion clanique, clientéliste et partisane qui risque de fragiliser davantage le Sénégal.

Par ailleurs Horizon Sans Frontières exhorte  le Président MACKY SALL  à revoir sa politique de la diaspora qui a un rôle essentiel à jouer dans le processus socio-économique du pays  et lui fait part de sa grande déception.

 

 

Boubacar Seye

Président d’Horizon Sans Frontières

Compte rendu des ren
Vidéo : Me El Hadji