HomeContributionReconnaître son erreur, n’est pas une faiblesse, c’est faire preuve de grandeur

Reconnaître son erreur, n’est pas une faiblesse, c’est faire preuve de grandeur

L’affaire Alioune Sall reste toujours l’actualité politique dominante sur les lèvres de la république du Sénégal. La sortie médiatique du ministre conseiller, chargé de communication de la Présidence, monsieur  El Hadji Kassé,  sur TV5,  vient d’ajouter quelques bottes de pailles au feu qui menace de bruler la cohésion sociale et  nationale du Sénégal.

Pour se défendre, il a affirmé sur les ondes de  RFI  qu’il n’a pas parlé pour monsieur Macky Sall Président de la république pour éviter de le gêner politiquement parlant.  Cependant, cela pose un problème de compréhension. Car, il a été invité es qualité ministre conseiller, chargé de communication de la Présidence sur le plateau de TV5. Ce qui est certain, son statut a été déterminant dans le choix porté sur lui par la chaine de télévision précitée.

Par ailleurs, répondant à cette question relative aux 250 milles dollars supposés reçus par monsieur Alioune Sall à travers Agritrans, compte tenu de la sensibilité de l’affaire, il aurait pu préciser, d’emblée, qu’il ne parlait pas en tant que ministre conseiller, chargé de communication de la Présidence pour annihiler toute forme  d’équivoque, au lieu de vouloir se justifier âpres coup.

En effet, c’est connu de tous, lui le sait aussi, que dans une interview, quand on a plusieurs casquettes, pour éviter la confusion, on doit prendre la précaution de préciser, à l’entame de son propos, l’identité de celui qui parle. Car, il est difficile de  dissocier l’identité du ministre conseiller, chargé de communication de la Présidence à celle du citoyen qu’il est, bénéficie de la liberté d’opinion et de la liberté d’expression, consacrées par notre constitution.

En d’autres termes, si monsieur El Hadj Kassé avait répondu à l’invitation de TV5 en leur disant qu’il venait sur leur plateau de télévision au titre de citoyen ou  d’homme politique de la mouvance présidentielle, ce qui est certain, ils ne l’auraient pas invité.

En de pareilles circonstances, lui le sait, au lieu de persister, en essayant de se justifier, il serait plus sage de reconnaître son erreur, de retirer son propos et de demander pardon. Personne ne peut dire, n’avoir jamais commis une erreur, en pensant pourtant  avoir raison et être dans son bon droit. Errare humanum est. (L’erreur est humaine).

Plus d’un citoyen n’a compris le sens de la sortie médiatique de monsieur El Hadj Kassé, ministre conseiller, chargé de communication de la Présidence sur TV 5  qui n’est pas, il faut le souligner avec force, un contrefeu visant à stopper l’incendie mais un tison de plus, ajouté au feu. Mais pour autant, il ne sert à rien pour le camp présidentiel, de lui donner des coups, au contraire, il faut lui témoigner de la solidarité.

Bien ou mal, il est au service de la république par la volonté du Président Macky Sall. Ce qui est tout à fait louable. Si le ministre conseiller, chargé de communication de la Présidence, El Hadj Kassé, on doit savoir que, quelque soit le domaine choisi, les erreurs nous permettent d’avancer et de nous performer, à condition d’en tirer les meilleurs enseignements.

Avec la suppression du poste de premier ministre, il est urgent pour le Président Macky Sall de revoir sa communication interne et externe en contextualisant et son organisation et ses objectifs.

Vive le Sénégal !

Vive la République !


Par Baba Gallé DIALLO

 babadediana@gmail.com

Krepin DIATTA : L’
Mauritanie - Contest