HomeEnQuêteRapport ARMP sur les marchés du Ministère des Sports : Trois fournisseurs règnent sans partage sur les Demandes de renseignement de prix

Rapport ARMP sur les marchés du Ministère des Sports : Trois fournisseurs règnent sans partage sur les Demandes de renseignement de prix

Malaise au ministère des Sports du Sénégal

Trois fournisseurs règnent sans partage sur les Demandes de renseignement de prix (DRP) du ministère des Sports. L’audit du cabinet Grant Thornton révèle des faits inédits qui viennent s’ajouter aux paiements nébuleux effectués au profit de l’entrepreneur Mbaye Faye, « le dieu des stades ».

Comment un même fournisseur, avec un objet social précis, peut-il vendre de l’engrais, des maillots et… organiser des séminaires ?

C’est la question que l’on se pose à la lecture des éléments révélés par les auditeurs de Grant Thorton qui se sont intéressés, pour le compte de l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP) à la gestion 2016 du ministère des Sports.
Ils ont découvert que sur les 44 Demandes de renseignement de prix (DRP) passées pour un montant global de 412.169.242 millions de FCFA, 18 d’un montant de 195 millions, soit 41% sont attribués à trois entreprises Tanga Palace (7), Gie Djagaraf (8) et Alla Suarl (3).

Pire, Tanga Palace, par exemple, est attributaire de quatre marchés de nature très différente : acquisition de maillots, restauration, achat d’engrais et… organisation de séminaires.

Pour le Gie Djagaraf, il est attributaire d’un marché de fournitures de bureau et consommables informatiques et d’un marché d’entretien de terrain.

S’agissant du marché numéro S/Dage/42/2016 relatif à la cérémonie d’arbre de Noël, de décoration des agents et la cérémonie de remise de matériel, les auditeurs notent en plus de l’absence dans le dossier des documents substantiels de la passation, un délai anormalement long entre l’ouverture des plis (20 janvier 2016) et l’attribution du marché (21 février 2016).

Mais c’est dans le cadre du marché relatif à l’atelier d’évaluation des projets du ministère inscrits au PSE pour un montant de 5,154 millions de FCFA que les vérificateurs ont mis en cause une autre « pépite ».

En effet, le libellé du marché (atelier d’évaluation des projets du ministère) ne correspond pas à la nature des prestations (restauration) sur les offres. Et comme d’habitude, Tanga Palace, Théresa and Co, 2 B business ont été consultées alors que leur objet social montre qu’elles ne sont ni traiteurs ni restaurateurs.

En ce qui concerne le marché relatif à l’entretien du terrain central et annexe du stade Léopold Sédar Senghor (Dakar), en sus de l’absence dans le dossier des documents de la passation, les auditeurs révèlent que la facture définitive (2 août 2016) précède la réception des travaux (5 août 2016).

Quid des constats spécifiques à l’exécution physique ? Afin de vérifier la matérialité des dépenses, ceux-ci ont procédé à l’inspection physique de deux marchés pour un montant global de 1,4 milliard de FCFA. Concernant le premier marché relatif à la réhabilitation et l’extension de la capacité d’accueil du stade Ndiarème de Guédiawaye, les vérificateurs n’ont pas trouvé dans le dossier des documents attestant de la conformité des matériaux mis en œuvre et du respect des conditions de réalisation prévues dans les Prescriptions techniques.

Plus grave, le suivi technique des travaux est défaillant. Le maître d’œuvre ne dispose pas de documents de conformité des travaux par rapport aux prescriptions techniques demandées. Au niveau financier, les contrôleurs ont noté qu’un décompte numéro 1 d’un montant total de 1,1 milliard de FCFA en date du 25 avril 2017 a fait l’objet d’un certificat administratif en date du même jour pour attester de la réalisation des travaux.

Un autre décompte numéro 1 d’un montant total de 1,3 milliard en date du 20 octobre 2017 qui couvre l’intégralité du montant du marché a été aussi introduit. Or, la visite d’inspection visuelle effectuée le 8 décembre, soit plus de 7 mois après la certification des travaux du décompte, montre des écarts importants entre les règlements effectués à l’entreprise CSPT de Mbaye Faye et les travaux effectivement réalisés.

Pour ce qui est du second marché relatif à la fourniture et la pose d’équipements électriques pour la poste de l’Arène nationale (Pikine), les auditeurs assurent qu’aucun document de suivi des travaux n’a pu être présenté par le maître d’ouvrage. Et mieux, le procès-verbal de réception technique est daté du 19 septembre 2016 alors que le marché est approuvé le…22 septembre 2016. Cherchez l’erreur.

              Dakaractu

Partager cet Article avec Vos Amis ⇓⇓⇓

Insécurité aliment
Construction d’un