Nouvelle visite du Président turc au Sénégal : Erdogan poursuit sa conquête de Dakar

Macky Sall et Erdogan

Avec cette troisième visite en moins de 5 ans à Dakar, le Président turc montre qu’il tient à son partenaire sénégalais. Il n’en pouvait pas être autrement tant les entreprises turques ont fini de s’installer au cœur de l’écosystème des affaires au Sénégal. Entre stade et aéroport, la signature turque est visible dans plusieurs secteurs.

Le Président turc est un habitué de la capitale sénégalaise : C’est sa troisième visite à Dakar en moins de 5 ans. Ce séjour, prévu ce mardi, montre le volume de la coopération entre les deux pays. Mais, ça va dans un seul sens, car la signature d’Erdogan est visible dans plusieurs secteurs. L’aéroport international Blaise Diagne, c’est elle. Le Centre international de conférences Abdou Diouf de Diamniadio, c’est encore elle. Dakar Aréna, c’est toujours elle. Autant d’infrastructures, qui donnent au régime Sall une visibilité aussi claire que son prédécesseur. Ça suffit à devenir une preuve tangible qu’Ankara a décidé de faire de Dakar sa place forte en Afrique de l’Ouest tellement instable que le Sénégal en devient une évidence.

Lors de sa visite en 2018, l’ancien maire d’Istanbul et Premier Ministre de la Turquie avait espéré la hausse du volume des échanges. Les importations turques sont passées de 113 millions de dollars à 190 millions de dollars entre 2012 et 2017. Ambitieux, il voulait amener le volume des échanges commerciaux à 400 millions de dollars alors qu’ils étaient de 250 millions en 2018.

Il vient aussi sans doute pour tenter de booster les écoles Maarif qu’il avait mises en place après avoir obtenu la fermeture des écoles Yavuz Selim. A la suite du coup d’Etat manqué contre lui en 2016, il avait fait une purge contre son ex-allié Fetthulah Gulen, qui vit en exil aux Etats Unis. Il avait lancé une «déguelinsation» complète en Turquie et dans des pays africains où il a obtenu la fermeture de tous les établissements scolaires.

Dans son agenda, la question de la Libye va figurer au cœur des discussions. Le conflit dans ce pays déborde aux portes de nos frontières après que son éclatement a provoqué l’effritement du Mali. En visite à Tripoli, le Président turc avait annoncé son soutien au Président reconnu par la communauté internationale, Faez El Saraj, pour contrer l’avancée des hommes du Maréchal Khalifa Haftar. Il avait annoncé l’envoi de soldats turcs.

Le Parlement de son pays avait donné son feu vert à l’envoi des militaires pour y soutenir le Gouvernement d’union nationale basé à Tripoli. «La mission de nos soldats là-bas est la coordination. Et c’est ce qu’ils font en ce moment, au sein d’un centre de commandement. Un de nos lieutenants-généraux sera à la tête de ce centre de commandement… », avait-il dit.

Interrogé sur le calendrier de ce déploiement de troupes, le président truc a répondu que les soldats étaient « en train d’être déployés progressivement ». « Nous aurons aussi d’autres équipes sur place en tant que forces combattantes, a-t-il précisé. Mais nos soldats n’en feront pas partie», avait-il répété. A Dakar, il espère un soutien de taille.

laviesenegalaise.com

Premier League : Ble
Bignona : Pape Blais