HomeÉconomieMise en œuvre de la réforme du cadre harmonisé des finances publiques, le 1er janvier 2017

Mise en œuvre de la réforme du cadre harmonisé des finances publiques, le 1er janvier 2017

Cheikh Tidiane DIOP, Secrétaire Général du Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan

La réforme du cadre harmonisé des finances publiques va en effet arriver à sa première échéance de mise en œuvre  dans quelques mois, c’est-à-dire le 1er janvier 2017, a fait savoir Monsieur Cheikh Tidiane DIOP, Secrétaire Général du Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan lors de l’Atelier de partage sur l’avancée de la mise en œuvre des Directives du cadre harmonisé des finances publiques de l’UEMOA.

“Au terme de ces trois jours d’intenses travaux, je voudrais, au nom de Monsieur le Ministre de l’Economie, des Finances et du plan, noté avec satisfaction l’implication et l’intérêt de tous les participants pour les thématiques développées au cours de l’atelier”, a d’emblée prononcé Cheikh Tidiane DIOP lors de son allocution de la clôture de l’atelier de partage sur l’avancée de la mise en œuvre des Directives du cadre harmonisé des finances publiques de l’UEMOA.

En effet, chacun des Etats a réalisé l’exercice d’auto évaluation grâce à l’outil proposé par la Commission de l’UEMOA. Cela a permis à chacun des Etats de faire un point sur l’état de mise en œuvre.

L’engagement personnel de l’ensemble des participants des Etats, de la Commission de l’UEMOA, et des partenaires techniques et financiers, et la qualité des débats soulignent la pertinence de l’organisation d’un tel atelier, pour dresser un bilan et cerner quels sont les prochains défis qui nous attendent.

Les échanges et le partage d’expériences entre Etats ont montré que tous les Etats ont fortement progressé, chacun à son  rythme et selon ses spécificités, pour mettre en œuvre la Directive relative aux lois de finances. Les progrès ont été  remarquables sur le volet de la préparation budgétaire, même si certains progrès restent à accomplir, par exemple pour mieux prendre en compte les préoccupations des parlements.

Pour la plupart des Etats de l’UEMOA, c’est désormais sur le champ de l’exécution budgétaire, et de la démarche de performance que tous les efforts doivent être portés. Les questions de la déconcentration de l’ordonnancement, de contrôle interne, de contrôle de gestion et de contrôle externe soulèvent de nouveaux défis que nous devrons surmonter. Cet atelier a proposé quelques outils, et des éléments de démarche, pour nous y aider. Les échanges ont aussi montré plusieurs bonnes pratiques qui pourraient inspirer certains des Etats.

Mise en œuvre de la réforme du cadre harmonisé des finances publiques, le 1er janvier 2017

Bien que le niveau d’avancement des pays dans la réforme n’est pas le même, il se dégage comme principales conclusions de cet atelier, le basculement impératif vers le budget en mode programme dès le 1er janvier 2017, pour les pays les plus avancés ; la nature irréversible du processus et  la continuation du processus d’apprentissage et d’optimisation de la mise en œuvre des réformes.

Monsieu Cheikh Tidiane Diop s’est félicité de l’accompagnement qui continuera d’être proposé par la Commission de l’UEMOA tout en espérant que les partenaires techniques et financiers continueront aussi de les appuyer dans leur démarche de réforme des finances publiques.

“Mon souhait est maintenant que ce partage d’expériences puisse se poursuivre, par exemple dans un cadre formel ; lors des réunions des Observatoires des finances publiques et informel, par exemple par des voyages d’études et des mailing listes”, a-t-il dit.

Avant de réitérer en fin ses félicitations à l’ensemble des participants, ainsi qu’aux organisateurs de cet atelier, qui leur ont permis d’avancer dans la voie de la réforme.

laviesenegalaise.com

Partager cet Article avec Vos Amis ⇓⇓⇓

Partager l'articleShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on TwitterEmail this to someone
Lever du mot d’ord
MATAM récompense se