HomeÀ la uneMARCHE DE L’OPPOSITION DANS LA BANLIEUE : Le FNR prévient Macky Sall contre toute velléité de fraude en 2019

MARCHE DE L’OPPOSITION DANS LA BANLIEUE : Le FNR prévient Macky Sall contre toute velléité de fraude en 2019


Lors d’une marche haute en couleurs,à Pikine et Guédiawaye, le Front de résistance nationale (FRN)amis en garde le président de la République contre toute tentative de confiscation de la volonté populaire, lors de la Présidentielle à venir, à travers la fraude. L’opposition alerte les populations sur ces“menaces’’ qui guettent le pays.

Tous les leaders de l’opposition dite significative, à l’exception d’Ousmane Sonko, Cheikh Bamba Dièye et Idrissa Seck, ont pris part, hier, à la marche du Front de résistance nationale (FRN) organisée à Pikine et Guédiawaye, dans la banlieue dakaroise.

Aux premiers rangs, il y avait Aida Mbodj, Mamadou Lamine Diallo, Oumar Sarr, Mamadou Diop Decroix, Abdoul Mbaye, Bamba Fall, Serigne Mansour Sy Djamil, El Hadji Malick Gakou et Habib Sy. Il ressort de leurs propos que cette marche avait pour but de montrer leur détermination sans faille à dire leur mécontentement.

Le porte-parole du jour, Bruno D’Erneville, de dire qu’ils sont mobilisés pour faire face au “danger’’ qui plane sur le pays, du fait des nombreuses dérives qu’ils ont constatées. Ainsi, ils veulent appeler la population à une réelle prise de conscience et à mesurer la “gravité’’ de la situation, ainsi que le “gouffre’’ et les “menaces’’ qui la guettent. Pour cause, avance le leader du PACT, ils font face à une démarche jusqu’au-boutiste d’un président qui veut absolument un deuxième mandat, peut-être aussi un troisième, par le truchement d’une “fraude à grande échelle’’.

Ainsi, face à “un ministre de l’Intérieur qui modifie le code électoral, un ministre de la Justice qui charcute la constitution, un Tribunal complément dévoué à l’Exécutif, et un président la République qui élimine ses opposants’’, le FRN a décidé de faire face. “Le flou total qui entoure ce parrainage augure du grand désordre attendu lors des prochaines élections. Jusqu’à ce jour, le gouvernement refuse de donner le fichier électoral, le droit le plus élémentaire de l’opposition. Le Président continue de nommer des retraités à des postes stratégiques en lien avec les institutions qui couvrent et sanctionnent les élections : le Conseil constitutionnel, CENA, ministère de l’Intérieur. Aucune disposition n’est prise par la justice pour régler les différends entre forces de l’ordre et manifestants ou simples citoyens victimes de violences policières. Le président menace les internautes en prétextant des insultes’’, a dénoncé M. D’Erneville, dans la déclaration liminaire.

A l’en croire, plus de 2 millions de jeunes attendent leurs cartes d’électeurs, alors qu’”Aly Ngouille Ndiaye a promis à ses partisans leurs cartes’’. Il est persuadé que l’actuel régime est déterminé à “confisquer’’ les prochaines joutes présidentielles. “Nous répondons à Macky Sall que son adversaire n’est pas l’opposition. Son véritable adversaire est le peuple sénégalais qui vit au quotidien l’échec de sa politique. Nous savons que le droit des millions de Sénégalais sera encore bafoué, lors des prochaines élections, mais il nous appartient de défendre jusqu’au bout les droits de ce peuple qui aspire à un avenir meilleur’’, a harangué le porte-parole de l’opposition dont les propos sont rapportés par le journal EnQuete.

Partager cet Article avec Vos Amis ⇓⇓⇓

Ousmane Tanor Dieng
AUTOSUFFISANCE EN RI