HomeÀ la uneMamadou Doucouré menace sa Maman de mort et risque une peine ferme de 5 ans de prison

Mamadou Doucouré menace sa Maman de mort et risque une peine ferme de 5 ans de prison

Mamadou Doucouré risque une peine ferme de 5 ans de prison, pour avoir menacé de mort sa maman et fait preuve d’une impolitesse notoire devant la barre du tribunal.

Faisant partie d’une fratrie de 7 enfants dont une fille et six garçons, Mamadou Doucouré ne cesse de rendre la vie impossible à sa mère et à sa sœur. Après plusieurs menaces, la dame a décidé d’en parler aux oncles de la famille qui n’ont rien pu arranger. Elle s’est résolue à aller voir la police qui lui a conseillé de rédiger une plainte. Chose qu’elle ne s’est pas résolue à faire, parce qu’elle avait peur qu’on enferme son fils. Mais lorsqu’il a menacé de l’égorger, après qu’elle a vendu un mouton pour subvenir aux besoins de la famille, elle a saisi la justice.

Appelé à la barre, M. Doucouré a nié les faits qui lui sont reprochés, à savoir : menace de mort et injures à ascendant. D’ailleurs, faisant preuve d’un mépris sidérant, il a dit de sa maman : “C’est la femme que j’ai connue, depuis mon enfance, jusqu’à ce que je fasse des recherches pour avoir des preuves que c’est ma mère.’’ Il a poursuivi son propos, en disant que c’est un coup monté pour le mettre au trou, parce qu’il n’a jamais rien fait de tel.

Lorsque les forces de l’ordre l’ont trouvé devant chez lui pour le conduire au commissariat de police, dit-il, il n’avait rien compris de ce qui s’était passé. Mais le président du tribunal lui a rappelé que, dans sa déposition, il avait admis détenir par-devers lui un couteau et ne comptait pas faire du mal à sa mère et que c’était juste pour lui faire peur. Que la police l’avait trouvé en possession d’une arme, lors de son arrestation dans la maison, faisant les cent pas. Mais il a réfuté les faits et déclaré que l’arme blanche en question avait été retrouvée dans la chambre de son frère.

Ndèye Arame, les larmes aux yeux durant tout le procès, a soutenu qu’elle est sur le qui-vive, depuis un bon moment, chez elle, et qu’elle éprouve une peur effroyable envers son fils qui le menace très souvent avec un couteau. “Je les ai élevés seule, depuis la mort de leur père. Mes fils ne travaillent pas et je me charge de les nourrir tous autant qu’ils sont’’, ajoute-t-elle. Poursuivant, elle confie : “un jour, alors que je n’avais rien à mettre sur la table, j’ai naturellement vendu mon mouton. Et ça l’a mis en colère au point où je suis partie directement à la police y déposer une plainte. Il avait un très grand couteau et avait juré de m’égorger, pour avoir vendu le mouton qui était le mien et que lui ne faisait qu’élever. C’est moi même qui lui remettais de l’argent pour le nourrir’’.

Interrogé par le procureur, M. Doucouré a soutenu n’avoir jamais menacé sa maman. Que depuis qu’elle a vendu le mouton pour la modique somme de 35 mille francs, c’est seulement aujourd’hui (hier) au tribunal qu’ils se sont revus. Mais il demeure convaincu qu’elle ne devait pas vendre le mouton qu’il dit avoir nourri et lavé depuis que la bête avait 2 semaines. “Même ce mouton je le respectais. Donc, elle se doit de me respecter, moi qui suis une personne’’, a-t-il martelé.

“C’est de l’impolitesse notoire’’

Devant autant d’arrogance et d’indiscipline, la présidente du tribunal n’a pas hésité à lui rappeler que, même si la dame ne l’avait pas engendré, elle a eu à l’élever depuis sa naissance. “Donc, si tu respectes le mouton, tu dois respecter cette femme qui te nourrit et qui nourrissait le mouton en question’’, a-t-elle martelé. Dans son réquisitoire, le procureur a trouvé le comportement de M. Doucouré “inconcevable’’. “C’est très grave et son mépris envers le tribunal me révolte. C’est de l’impolitesse notoire’’. Ajoutant qu’il ne faudrait pas attendre jusqu’à ce que l’irréparable se produise. Il a requis une peine d’emprisonnement de 5 ans ferme et une amende de 1,5 million F Cfa pour menace de mort et détention d’arme. Le délibéré sera rendu vendredi.

        Avec EnQuete

Un tailleur vole un
Elle ébouillante sa