HomeActualitéMalick Gackou sur le décret de Macky Sall : «Lui enlever le titre de premier magistrat de Dakar ne réduit en rien la volonté du Peuple»

Malick Gackou sur le décret de Macky Sall : «Lui enlever le titre de premier magistrat de Dakar ne réduit en rien la volonté du Peuple»

«Le fait d’enlever au maire de Dakar le titre de premier magistrat de la ville de Dakar, ne réduit en rien la dynamique et la volonté du Peuple sénégalais à exprimer sa solidarité au député-maire Khalifa Ababacar Sall qui est un patriote résolument engagé pour le développement de son pays».

La remarque a été faite, ce samedi à Thiès, par le président du Grand parti, El Hadji Malick Gakou, en tournée nationale intitulée «La Caravane de l’Espoir», dans le cadre du parrainage. Malick Gackou, président du Grand parti Une occasion pour lui, revenant sur la révocation du député-maire de la ville de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, de parler d’«injustice de l’actuel pourvoir». Et de soutenir qu’«il a toutes les capacités pour être candidat, mais le pouvoir est en train de tout faire pour l’empêcher de se présenter». Il pense que «la révocation du maire de Dakar est tout à fait illégale, en plus d’être injustice». 

C’est la raison pour laquelle, dit-il, «ensemble avec les forces vives de la Nation nous allons nous battre à ses côtés pour qu’ensemble, sur le plan juridique et politique, nous puissions avoir les instruments à même de créer un rapport de force pouvant lui permettre de retrouver son fauteuil de maire de Dakar conformément à la volonté fortement exprimée par les populations de la Capitale qui l’ont plébiscité en 2014».

Au-delà, l’initiateur du programme «Alternative Soxali Sénégal», dont la candidature à la Présidentielle du 24 février 2019 a été confirmée, entend, à travers ce périple national, mieux vulgariser son «programme pour un Sénégal meilleur à partir de février 2019».

Son ambition étant d’encourager l’ensemble des militants du Grand parti sur l’ensemble du territoire national, à «ne ménager aucun effort afin de consolider les bases de notre ambition pour redresser le Sénégal, pour le développement économique et social de notre pays». Car fera-t-il noter : «Macky Sall a instauré une dynamique de naufrage de notre économie». Aussi le président du Grand parti pense qu’à cette étape de la candidature à la candidature, «le Président Macky Sall, déjà, fait beaucoup d’obstacles à tous les candidats potentiels qui peu- vent créer des difficultés à sa perspective de perte par rapport à cette dynamique qu’il a instaurée dans notre pays, à savoir une dynamique de naufrage de notre économie, de la décadence et de la dépression économique et sociale». Et c’est la raison pour laquelle, il pense : «nous qui incarnons la ligne d’un programme alternative très clair, de rupture, nous qui incarnons la dynamique aussi d’une candidature aux mains propres, le Président Macky Sall ne peut rien contre notre candidature. Et c’est la rai- son pour laquelle nous sommes convaincus et persuadés que le 24 février prochain, nous le battrons, pour ensemble avec les patriotes et les forces vives de la Nation redresser le Sénégal». Le leader du Grand parti constate que «le gouvernement anti- démocratique du Président Macky Sall n’a ménagé aucun effort pour créer les conditions des contraintes, afin que les véritables candidatures de l’op- position pour une alternative crédible ne puissent pas passer».

C’est la raison pour laquelle aujourd’hui, soutient-il, «nous avons le parrainage». Un parrainage avec lequel il dit «être persuadé que les stratégies que l’État du Sénégal a mises en place, consistent à empêcher les véritables candidats de pouvoir battre le Président Macky Sall le 24 février 2019». Mais, pense-t- il savoir, «rien ne peut arrêter la volonté fortement exprimée d’un Peuple au changement». Ce d’autant que M. Gakou pense qu’«aujourd’hui les Sénégalais ont la pleine conscience de cette ambition commune que nous avons de redresser ce pays et de changer le Sénégal».

Le leader du Grand parti, qui estime que «l’enjeu du parrainage n’est pas un problème pour notre formation politique», se dit d’autant plus satisfait qu’à Thiès, «l’ensemble des responsables de la commune m’ont indiqué leur volonté, très fortement exprimée, de ne ménager aucun effort afin de mobiliser 10 mille signatures pour le compte du candidat de l’espoir que je suis».

LeQuotidien

Idrissa Seck, l'espo
Distinction : Sadio