HomeActualitéMacky Sall : le seul maître à bord

Macky Sall : le seul maître à bord

Macky Sall à l'épreuve des conclusionsLa poignée de main avec Abdoulaye Wade et la libération de Khalifa Sall par le truchement d’une grâce présidentielle ont fini de mettre à la disposition du Président Macky Sall les dernières cartes qui restaient : il devient inéluctablement le seul maître à bord. Est heureux celui qui le sait et l’accepte.

Concernant Me Wade, nous avions bien annoncé que l’élève Macky Sall avait dépassé son ancien mentor quand il a su rester serein devant les attaques du premier et déjoué tous ses plans de déstabilisation surtout psychologique.

L’on se rappelle que Wade était allé jusqu’à insulter la famille du Président, agacé et énervé qu’il était par le calme de Macky Sall devant toutes ses provocations. L’autre obstacle franchi par Macky Sall c’est quand Wade à l’approche des présidentielles a voulu faire peur en exposant comme dans une vitrine tous les opposants qu’il recevait ; Une façon à lui de dire « retenez-moi ou j’offre les voix du PDS à un candidat de l’opposition ». Cette fois aussi cela n’a pas prospéré car le Président Wade s’est finalement emmuré dans un silence de cathédrale.

Beaucoup d’analystes avançant que c’est Macky qui tire profit de sa réconciliation avec Wade se trompent lourdement. Tout au contraire c’est l’ancien Président qui a intérêt a retrouvé son fils d’autant que c’est ce dernier qui a entre ses mains la clef qu’il cherche depuis des années déjà : l’amnistie de Karim et sa réhabilitation politique, un vœu cher à Me Wade.

Maintenant tous les sénégalais se réjouissent des retrouvailles entre Wade et Macky, un père et son fils. Ils se sont donnés la main provoquant ainsi le sourire du Khalife Général des mourides Serigne Mountakha Mbacké et le soulagement de la majorité des sénégalais même si certains opposants y voient l’effondrement de toutes leurs stratégies de déstabilisation du régime. Prions que ça dure !

Concernant la grâce accordée à Khalifa Sall, le Président Macky Sall n’a fait que respecter une parole donnée. L’on se rappelle tous de la déclaration de Soham Wardini, actuelle Maire de Dakar, lors du lancement du dialogue national le 28 Mai 2018. Elle avait demandé au Président Macky Sall « …d’être le précurseur dans la volonté de libérer Khalifa Sall ». Le Président dans sa réponse lui avait donné l’assurance d’intervenir « si la justice boucle le dossier…. avec la grâce présidentielle ». Au delà de toutes les interventions des uns et des autres auprès du Président, nous pouvons retenir que ce dernier n’a fait que respecter une promesse faite à Madame le Maire de Dakar.

Maintenant que Khalifa dise qu’il n’a rien demandé ou qu’il ne voulait pas sortir afin de rester et purger sa peine, qu’est ce que ça change ? Qu’il purge sa peine ou qu’il sorte en bénéficiant d’une grâce présidentielle, il aurait juste retrouvé sa liberté mais pas ses droits civils et politiques. Rester en prison pour lui pourrait juste lui permettre de continuer à alimenter le débat politique et mettre une pression sur le régime. Est-ce ce qu’il voulait ?

Dorénavant, il essayera d’engager un combat politique afin de retrouver ses droits et les premiers actes ont été posés dès qu’il a humé l’air de la liberté : caravane vers les parcelles assainies, visites à Massalikoul jinaan et chez les khalifes généraux de Tivaouane, Touba, Yoff…

Nous pensons que le prêcheur Iran Ndao en lui demandant de travailler avec le Président Macky Sall vient de lui donner la clef de sa sortie de crise. Nous le disons et le répétons, tant que Khalifa n’aura pas retrouvé ses droits civils et politiques et qu’il veuille rester hors du PS originel, son projet politique est voué à l’échec. Il gagnerait bien à se rapprocher du groupe des socialistes travaillant dans Benno Bokk Yakaar afin d’être réhabilité d’abord par son propre parti. Vouloir engager un bras de fer avec le Président Macky Sall afin d’obtenir une amnistie serait une perte de temps si l’on sait que tous ceux qui l’ont essayé ont échoué jusqu’ici. Khalifa ne pourra pas réussir là où Me Abdoulaye Wade a échoué.

 

Venons en maintenant, encore une fois, aux attitudes de certains responsables politiques autour du Président qui pensent à le remplacer jusqu’à vouloir en faire une obsession. Nous leur répétons qu’ils sont en train de perdre énormément de temps dans cette entreprise. S’il doit y avoir un successeur, c’est seul au Président Macky Sall de distribuer les cartes. Personne d’autre ! L’on nous rétorque des fois que chacun est libre d’avoir des ambitions. Soit ! Cependant, il est indécent d’être avec quelqu’un et de ne penser qu’à le remplacer au lieu de l’aider à réussir ce pourquoi il vous a choisi parmi tant d’autres. Certains se comportent comme s’ils étaient dans une armée mexicaine ou s’ils étaient de petits shaolins du kung-fu donnant des coups qu’ils pensent invisibles alors que tous les desseins sont connus de tous.

Tous les responsables doivent savoir que le Président Macky Sall aura un rôle central à jouer en 2024 car même s’il choisit de ne pas se représenter, il ne laissera pas notre pays tomber entre des mains inexpertes.
Ceux et celles qui ont des ambitions et qui se démènent en sous terrain pour leur donner corps risquent de faire perdre le pouvoir à l’APR et ainsi entamer une traversée du désert lourd de tous les dangers. C’est tout ce qu’ils pourront récolter ! Rien d’autre.
En direction de 2024, le Président Macky Sall est et reste le seul maître à bord.

 

 


Souleymane Ly
Spécialiste en communication

IPRES - Racine Sy, P
Premier League : Sad