HomeActualitéLes impactés du Train Express Régional vont passer à la vitesse supérieure

Les impactés du Train Express Régional vont passer à la vitesse supérieure


Les 250 000 personnes impactées par le Train express régional (Ter) vont bientôt changer de stratégie dans leur combat contre l’Etat. Ces habitants de Rufisque, Keur Massar, Thiaroye et Pikine veulent désormais passer à la confrontation pour obtenir gain de cause.

Ils ont tenu une rencontre samedi dernier durant laquelle il a été beaucoup question de confrontation si l’on en croit au journal Enquête lu par laviesenegalaise.com. L’Etat leur propose entre 2,8 millions et 13 millions. Des montants “dérisoires’’ qui ne permettent même pas d’acheter des terrains, disent-ils. Il faut dire qu’ils n’ont pas manqué de soutiens pouvant les galvaniser.Maison du TER, Train Express Régional

Ousmane Sonko et Cirylle Touré du mouvement Y’en a marre, plus connu sous le nom de Thiat, ont été de la partie. Tous deux ont préconisé l’affrontement. ‘‘Il n’y a pas à chercher midi à quatorze heures, c’est un combat que la négociation ne va pas gagner. Il faut descendre dans la rue et faire face à ce gouvernement’’, préconise le rappeur. “Il faut qu’on gagne cette bataille. J’en appelle à la synergie de toutes les couches sociales, de la classe politique, des mouvements citoyens et des familles religieuses’’, a ajouté le député.

Ousmane Sonko a tenu à prévenir les victimes : le combat ne sera pas facile, car ils ont en face un gouvernement qui privilégie l’affrontement. Ainsi, il les invite à rester solides. “Il faudra que vous soyez soudés, sinon le combat risque d’être difficile. Ils vont essayer de vous diviser, de vous corrompre, mais soyez unis’’, a-t-il lancé tout en promettant de mener le combat lui aussi à l’Assemblée nationale.

Le leader du Pastef ne s’est pas limité à appeler au combat. Il a aussi accusé le régime de mettre toutes ses forces à la recherche d’un deuxième mandat. “Tous les objets de ce TER seront fabriqués en France. La seule chose qui peut poser un problème à ce projet, c’est la libération des emprises. Le Chef de l’Etat compte sur le TER et la bourse de sécurité familiale pour avoir un second mandat’’, raille-t-il.

Partager cet Article avec Vos Amis ⇓⇓⇓

Moustapha Cissé Lô
Thierno Abdoul Aziz