HomeÉducationLe taux d’analphabètes au Sénégal est de l’ordre de 54,6 % dont 67 % de femmes

Le taux d’analphabètes au Sénégal est de l’ordre de 54,6 % dont 67 % de femmes

Alphabétisation au Sénégal

Le taux d’analphabétisme reste toujours élevé au Sénégal. La directrice de l’Alphabétisation et des Langues nationales en a fait la révélation hier, lors du lancement officiel de la  Semaine nationale de l’alphabétisation à Diamniadio. Ndèye Nam Diouf  a fait savoir que “le taux reste toujours élevé, puisqu’il est de l’ordre de  54,6 % d’analphabètes dont 67 % de femmes. C’est un taux élevé”.

C’est ce qui a poussé, selon elle, l’Etat du Sénégal à développer un programme de développement des langues nationales. “Il s’agit du Programme d’Etat national d’éducation de base des  jeunes et des adultes”, indique-t- elle. En plus du projet dénommé  PAAS (Programme accéléré de l’alphabétisation au Sénégal) qui, à l’en  croire, va “permettre d’enrôler, sous  peu, au minimum un million de  femmes dans ce pays”. Car, poursuit- elle, il est urgent “d’accélérer la formation pour éradiquer ce taux de 54  %”. Toutefois, indique la directrice de l’Alphabétisation et des Langues nationales, “il y a un léger mieux, parce que nous avons un programme national, mais aussi des passerelles  qui permettent de prendre en charge les jeunes filles déscolarisées, non scolarisées et celles issues des Daara”. Car, dit-elle, “l’analphabétisme est féminin”.

A propos des langues nationales, Ndèye Nam Diouf fait remarquer qu’il y en 25 à travers le pays. Et 22 sont déjà codifiées. Tout, selon elle,  pour le renforcement de l’apprentis- sage au niveau des écoles. Avec l’introduction des langues nationales  dans les écoles. Pour Said Sy, qui parlait au nom de la directrice de l’UNESCO, “dans le  monde, plus de 750 millions de personnes sont dépourvues des connaissances les plus complexes en lecture et  en écriture. Plus de 264 millions d’enfants et de jeunes ne sont pas  scolarisés”. Par conséquent, c’est un impératif, selon lui, “de réduire cet écart de compétences sur le plan de l’éducation et du développement”.  Cependant, informe-t-il, les nouvelles technologies de l’information et de la communication restent une solution. “Les outils  numériques peuvent participer à élargir et à améliorer la qualité. Si nous voulons créer de nouvelles opportunités en faveur de l’objectif de développement durable n°4 et en tirer partie, il nous faut  agir collectivement. Gouvernement, société civile et le secteur  privé sont aujourd’hui indispensables pour faire avancer l’alphabétisation dans un monde numérique”,  a plaidé le représentant de la directrice de l’UNESCO.

EnQuete

Commentez cet article

Partager cet Article avec Vos Amis ⇓⇓⇓

Partager l'articleShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on TwitterEmail this to someone
Sadio Mané expulsé
Birmanie - Rohingyas