L’ARP a un problème de management, dixit Moustapha Diakhaté

L’ancien chef de cabinet de Macky Sall, Moustapha Diakhaté, s’est prononcé sur l’état actuel de l’Alliance Pour la République (APR). Dans un entretien tenu ce dimanche 19 janvier, il soutient sans détours que le parti au pouvoir souffre d’un problème criard de management. Pour lui, rencontrer les compagnons de la première heure de la part de Macky Sall est louable, mais il considère aussi qu’il faut aller au-delà. C’est-à-dire, remettre au point le parti.

Moustapha Diakhaté

Selon ses mots, l’APR est une masse informe sans structuration, avec des instances qui ne fonctionnent pas au niveau national. A qui la responsabilité de cette situation ? Moustapha Diakhaté de répondre : c’est le président du parti, en la personne de Macky Sall, puisque « c’est lui qui doit piloter la mise en place des structures, qui doit assurer le bon fonctionnement du parti et qui ne le fait pas. » Macky Sall d’ailleurs dont le mandat pour la présidence de sa propre organisation politique « a expiré depuis six ans.» Moustapha Diakhaté de rappeler qu’ « en 2008 déjà, j’avais dit que l’Alliance Pour la République est un fans club ».

« Serigne Mountakha Mbacké doit réussir » et « je ferai des propositions dans les prochains jours.» Ainsi, Moustapha Diakhaté s’est-il prononcé, interpellé sur la réconciliation entre Wade et Macky. Selon l’ancien président du groupe parlementaire de Benno Bokk Yaakar, la réconciliation officielle à Massalikoul Jinaan entre les deux hommes politiques n’est pas efficace, parce qu’il n’y a pas eu de suivi. C’est alors dans une perspective d’assurer ce suivi que Monsieur Diakhaté envisage l’idée d’une médiation. Ceci, en éliminant des potentiels médiateurs des cabinets respectifs de Wade et de Macky qui alourdissent le processus de retrouvailles.

C’est aussi sans esquive que Moustapha Diakhaté aborde la question du troisième mandat. A cet effet, il dira : « je ne suis pas d’accord avec le ni oui ni non » du Président Sall. Position qui lui avait valu un limogeage. « C’est parce que j’ai exprimé mon opinion que j’ai été limogé », conclue celui qui se dit être en phase avec les revendications du collectif « Gnoo lànk » et qui dénonce par ailleurs l’arrestation des membres de cette plateforme de lutte contre la hausse du prix de l’électricité.

 

Moussa Seck – laviesenegalaise.com

Succession de Macky
Les révélations de