L’Alliance Pour la République (APR) se débarrasse de Moustapha Diakhaté

Moustapha Diakhaté et Macky Sall

Dans la faculté de lettres de l’Université Cheikh Anta Diop, un professeur de littérature africaine faisant un cours sur le conte aurait classé son personnage dans le lot des « enfants terribles.» Moustapha Diakhaté dont l’attitude est devenue dangereuse aux yeux des marron-beige vient d’obtenir la disgrâce des siens. La commission de discipline a réglé le problème du personnage dérangeant…

C’est par le biais d’un communiqué que la décision est tombée…sur la tête de Moustapha Diakhaté. L’ancien membre de l’Alliance Pour la République se voit ainsi retiré son statut de membre de l’APR, à travers un papier signé par le président de la commission de discipline Abdoulaye Badji. Le papier en question consacre « l’exclusion définitive de Moustapha Diakhaté des rangs de l’Alliance Pour la République.» Ceci, au vu des « articles 3, 4, 14, 19 et 20 des statuts de l’Alliance Pour la République » et des « articles 25 et 26 du Règlement » dudit parti.
Moustapha Diakhaté donc, banni par les siens, à cause de ses « agissements et propos séditieux, fractionnaires et récurrents », il entachent « gravement l’image du Parti», pour reprendre les termes du communiqué.  

L’ancien ministre-conseiller de Macky Sall a donc subi les conséquences de ses sorties médiatiques au cours desquelles il tenait des déclarations dignes d’un frondeurs. La dernière en date est celle faite dans l’émission Jury Du Dimanche, sur i-radio, où il déclarait : « l’APR a un problème de management.» Celui qui accusait le Président Sall d’être le responsable de l’état de déliquescence dans lequel s’engouffre le parti au pouvoir n’aura plus à se faire mal, sachant que la formation politique à laquelle il a prêté allégeance en 2009 l’a viré.

Sa position de refus radical d’un troisième mandat pour Macky, l’analogie qu’il a établi entre l’APR et un fan’s club entre autres déclarations, auront fini de peser autour de sa tête comme une épée de Damoclès : la menace n’est plus, et la sanction est tombée. En vingt-quatre heures, les (ex)-camarades de parti sont passés d’un démenti des déclarations de Moustapha Diakhaté dans le JDD, à une fin de contrat avec ce dernier…

 

    ♦ Moussa Seck – laviesenegalaise.com

L'Onu annonce avoir
Burkina : 36 civils