“La question sécuritaire est cruciale et centrale”, selon la Confédération pour la Démocratie et le Socialisme

Le Sénégal aux commandes du Conseil de sécurité : Sous le signe de la paix

La Confédération pour la Démocratie et le Socialisme (CDS), regroupant des partis politiques comme le Parti pour l’Indépendance et du Travail (PIT), de la Ligue Démocratique (LD), de l’UDF-Mboolomi de RTAS entres autres, a organisé samedi à Dakar, une conférence publique sur la question sécuritaire. Cette première édition s’est déroulée au tour de la question sécuritaire qui est un défi central pour tout développement.

Selon le coordonnateur de la Confédération pour la Démocratie et le Socialisme, Pape Demba Sy, la question sécuritaire est cruciale et centrale et elle nécessite la collaboration de toutes les populations. Il souligne que leur thème est lié à l’actualité du moment avec des assassinats au Mali, Burkina Faso, au Niger où des mouvements se développent et se coordonnent pour essayer de contrôler tout le Sahel.

De son avis, certes le Sénégal n’est pas encore touché par les attaques terroristes mais, il ne faut pas rester les bras croisés car si le verrous malien saute ils seront au Sénégal. C’est pourquoi, dit-il, “nous devons prévenir les populations pour faire de cette bataille contre l’insécurité une affaire de tous”.

Selon le coordinateur de la CDS, leur conférence a pour but de sensibiliser les populations sur les questions sécuritaires avec le développement du terrorisme dans le Sahel, mais aussi, les assassinats et braquages au Sénégal pour leur faire savoir que personne n’est à l’abri des terroristes.

Le Colonel à la retraite, Mansour Seck, un des conférenciers a pour sa part soutenu que la sécurité et le développement vont de pairs. Pour lui, tous les citoyens doivent jouer leur rôle. Quand des gangs prennent en terreur les populations, les citoyens ne doivent pas rester les bras croisés, dit-il. Selon lui, l’attitude patriotique c’est de les dénoncer aux forces de l’ordre…

Abdoul BABA

Décès du joueur de
Mali : 18 gendarmes