HomeÀ la uneLa Banque Africaine de Développement, un partenaire privilégié du Sénégal

La Banque Africaine de Développement, un partenaire privilégié du Sénégal

Amadou BA, Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan du Sénégal et Serge N'GUESSAN, Responsable pays Bureau national de la BAD

Le Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan Monsieur Amadou Ba et le Responsable pays Bureau national de la BAD, Monsieur Serge N’GUESSAN ont co-présidé la Revue annuelle conjointe du programme de coopération entre le Sénégal et la Banque Africaine de Développement (BAD) hier, mardi, à l’hôtel Radisson Blu.

L’objectif visé par cette rencontre est d’assurer une large concertation entre les différents acteurs sur la mise en œuvre de la coopération entre le Sénégal et la BAD, d’identifier les principales contraintes et de formuler des recommandations tendant à améliorer l’efficacité dans la réalisation des activités.

Selon le Ministre de l’économie, Amadou Ba, la BAD demeure un partenaire privilégié du Sénégal en matière de coopération au développement.

Ainsi, constate le Ministre « d’importantes actions tant aux plans quantitatif que qualitatif sont inscrites dans le bilan des opérations menées jusque- là avec la BAD ».

De 1972, début des opérations de la BAD au Sénégal à ce jour, la Banque a approuvé un total de 101 opérations en faveur du Sénégal pour un montant de 1300 milliards de FCFA, a révélé le Ministre.

Poursuivant, il fait savoir qu’à la date d’aujourd’hui, le total des engagements en cours s’élève à 669 milliards FCFA. Il est composé de projets du secteur public national, de projets régionaux et d’opérations du secteur privé.

Le portefeuille de projets nationaux actifs comprend 18 opérations pour un volume total net d’engagements de 502 milliards FCFA représentant 75% du total. La répartition sectorielle des projets nationaux est la suivante : Infrastructures (66,3%) ; Eau et assainissement (12,6%) ; Secteur rural (11%) ; Gouvernance (6,2%) et Social (3,9%).

Par ailleurs, la Banque appuie les efforts d’intégration régionale. C’est ainsi que le Sénégal bénéficie de 6 opérations multinationales pour un montant cumulé de 61 milliards FCFA (soit 9,1% du total). Les opérations régionales sont dominées par le secteur des infrastructures (71%), suivi du secteur rural (28,8%) et d’opérations multi-secteurs (0,2%). Ces projets sont mis en œuvre au Sénégal et dans d’autres pays de la sous-région notamment la Gambie, la Guinée Bissau, la Guinée, le Mali et la Mauritanie.

En ce qui concerne les activités du guichet du secteur privé, le groupe de la Banque totalise au titre de ses engagements pour le Sénégal, 106 milliards FCFA (soit 15,8% du total) avec 5 opérations notamment dans les domaines des infrastructures routières (autoroute Dakar-Diamniadio), aéroportuaire (Aéroport International Blaise Diagne), énergétique (Centrale de Sendou) et agricole (Projet Rizicole de la Compagnie Agricole de Saint Louis).

Compte tenu de tous ces privilèges, il convient selon le Ministre Amadou Ba de signaler, pour s’en réjouir, que le Sénégal devrait bénéficier de plus en plus de possibilités de financement de la BAD ; en effet, le Sénégal a été sélectionné parmi les Etats membres pouvant accéder aussi bien aux ressources concessionnelles qu’aux autres types de ressources de cette institution.

Revenant sur l’objectif de la rencontre, Amadou Ba indique que la présente revue annuelle offre l’occasion d’assurer une large concertation entre les acteurs impliqués dans la mise en œuvre du programme de coopération entre la BAD et le Sénégal, en vue d’en identifier les principales contraintes et de formuler des recommandations appropriées pour une meilleure efficacité dans la réalisation des activités.

« L’amélioration continue des performances de notre portefeuille de projets est le résultat d’efforts combinés de la BAD et de l’ensemble des structures nationales concernées », dira-t-il.

Pour lui, s’il est vrai que la situation globale du portefeuille des projets s’est améliorée, il n’en demeure pas moins que des efforts restent encore à fournir sur certaines questions. C’est pourquoi il a demandé à ses services de trouver des solutions aux problèmes identifiés et qui relèvent de la responsabilité de leur département.

Non sans exprimer son souhait pour que la matrice des recommandations qui sera validée à l’issue de cette revue fasse l’objet d’un suivi régulier pour assurer une mise en œuvre efficace des actions identifiées en vue d’une meilleure exécution des projets.

 

Partager cet Article avec Vos Amis ⇓⇓⇓

Partager l'articleShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on TwitterEmail this to someone
Maouloud 2017 de la
Macky Sall apporte s