HomeActualitéINCENDIE À MÉDINA YORO FOULA – Darou Pakathiar rayé de la carte

INCENDIE À MÉDINA YORO FOULA – Darou Pakathiar rayé de la carte

INCENDIE À MÉDINA YORO FOULA – Darou Pakathiar rayé de la carte

Vingt-sept concessions, soit 110 cases, des vivres, du bétail, du matériel agricole, de l’argent, entre autres, entièrement réduits en cendre dans le village de Darou Pakathiar, commune de Bourouco, département de Médina Yoro Foula, région de Kolda. Depuis lors, le journal EnQuete renseigne que les 400 victimes n’ont reçu ni aide financière ni matérielle de la part de l’Etat. Elles passent les nuits à la belle étoile.

Les nuits sont devenues interminables pour les populations du village de Darou Pakathiar. Une localité située dans le département de Médina Yoro Foula et distante de 95 km de Kolda, sa capitale régionale. Difficile, pour les habitants, de trouver le sommeil. Ils dorment à la belle étoile, à la merci des moustiques, des rats et des insectes, en étalant juste un pagne à terre, sur les débris de ce qui reste de leurs maisons calcinées par un violent incendie dans la journée du vendredi 1er mars.

Le maire de Bourouco a selon toujours EnQuete, déploré le manque de soutien de l’Etat. Interrogé sur les conditions de vie des victimes, le maire de la commune de Bourouco, Mamadou Dame Cissé, se désole du manque de soutien des autorités. ‘’J’ai pitié des victimes. Elles n’ont ni nourriture ni habits, encore moins d’argent. J’essaie de leur porter secours, tous les jours, avec mes maigres moyens personnels’’. Il poursuit : ‘’Jusqu’à présent, il n’y a aucune aide de la part de l’Etat qui nous est parvenue. Ce qui n’est pas normal.’’ D’après lui, les victimes doivent être soutenues. ‘’Car leurs vies sont en danger.

L’origine du feu reste un mystère. Jusqu’à présent, les circonstances de l’incendie restent encore un mystère pour les habitants. Pour certains, tout est parti d’un tas de foin qui a chauffé et déclenché le feu. Tandis que certains rejettent cette thèse. Selon eux, tout est allé très vite. ‘’Tout à coup, nous avons vu le toit d’une case de notre voisin en flammes et le feu s’est vite propagé. Personne n’a eu le temps de sauver une aiguille. Dieu merci, nous n’avons pas enregistré de pertes en vies humaines. Néanmoins, il y a des brûlés, car certaines victimes, surtout les quelques jeunes qui ont essayé de sauver leurs affaires’’, expliquent-ils. Pour l’heure, les habitants du village de Darou Pakathiar cherchent une solution pour se loger. Certains ont contacté des proches, en attendant une aide des autorités.

Le boutiquier et son
Sénégal - Madagasc