HomeÀ la uneGESTION DES FONDS POLITIQUES AU SÉNÉGAL : La République éclaboussée, les fonds démystifiés

GESTION DES FONDS POLITIQUES AU SÉNÉGAL : La République éclaboussée, les fonds démystifiés

argent-franc-cfa-monnaie-afrique

Outre les religieux, dont Tivaouane, Darou Mouhti, Cambérène, famille omarienne qui touchaient 400 millions de francs Cfa des mains même de Moussa Sy, sous le magistère du maire libéral Pape Diop, on a appris, hier, que les fonds politiques ont servi sous tous les régimes. A coups de millions, les différents maires ont usé des deniers des Sénégalais, certes pour aider les populations, mais souvent pour mieux asseoir leur pouvoir.

Moussa Sy explique : ‘’Le palais nous sollicitait pour l’organisation de certains meetings du parti. C’est une pratique qui est là depuis très longtemps. Et les agents de l’Etat l’ont toujours accepté en connaissance de cause. Les fonds politiques, bien souvent, on les justifie comme on veut…’’

C’est le moment choisi par le tonitruant maître Ousseynou Fall pour lui demander si, en 2007, lors de la présidentielle, quand Macky Sall, alors directeur de campagne, sollicitait Pape Diop pour lui demander 50 millions pour des activités politiques, il produisait des justificatifs ? Moussa Sy : ‘’Ça, je n’en sais rien. Pape Diop traitait avec le palais directement. Moi, en tant que son bras droit, je m’occupais des cérémonies religieuses.’’

Par ailleurs, la caisse n’a pas seulement servi à soigner les Dakarois et à assister des chefs religieux. Très prolixe, le maire des Parcelles Assainies de faire une révélation de taille : ‘’Je ne veux pas personnaliser, mais je dois reconnaître que, de 2001 à 2008, j’ai représenté la mairie de Dakar à Bercy, parce que nous étions sollicités.

A chaque fois, je remettais une enveloppe. Ce que je peux affirmer, c’est que cela a continué, sauf pour le dernier Bercy. En effet, à chaque Bercy, la mairie est sollicitée. Il en a toujours été ainsi, sauf pour le dernier. C’est la seule fois, cette année, que nous n’avons pas reçu de sollicitation.’’

Des mallettes de la présidence à l’Assemblée nationale

Comme dans un ‘’ndeup’’, Moussa Sy est sorti du cadre pour affirmer que, même à l’Assemblée nationale et dans d’autres institutions, il y a des rubriques consacrées aux fonds politiques, même si, dans la nomenclature, on ne parle pas de fonds politiques. ‘’Pour l’assemblée que je connais, cela tournait, de 2000 à 2012, entre 40 et 50 millions de francs Cfa’’.

Pour lui, ces fonds ont toujours été votés sans débat. Seynabou Wade, un autre ancien député-maire, interrogée sur comment étaient gérés les fonds politiques de l’Assemblée nationale, déclare : ‘’C’est le trésorier qui le gérait. Je sais qu’il allait à la présidence, mettre l’argent dans une mallette pour l’amener à l’Assemblée nationale.’’

Toutefois, Moussa Sy reconnait qu’à leur arrivée, étant de l’opposition, l’équipe de Khalifa Sall n’a pas immédiatement usé des fonds politiques. Dans l’euphorie de la victoire, ils ont même tenté d’auditer l’utilisation de tels fonds, avant de changer de veste. Quand ils ont eu l’aval du premier des Sénégalais, à l’époque maître Abdoulaye Wade, ils ont tout abandonné.

En outre, Moussa Sy est également revenu sur l’évolution des fonds politiques dans le temps. De 50 millions sous Mamadou Diop, ils sont passés à 40 sous Pape Diop avant d’atterrir à 30 millions sous Khalifa Sall.

            Source : EnQuete

Partager cet Article avec Vos Amis ⇓⇓⇓

MORT DU BISSAU-GUINE
MAMADOU DIOP, ANCIEN