HomeÀ la uneFINANCES PUBLIQUES DU SÉNÉGAL: La bamboula au sommet de l’Etat

FINANCES PUBLIQUES DU SÉNÉGAL: La bamboula au sommet de l’Etat

Amadou Hott, Ministre de l'Économie, du Plan et de la Coopération sur la Ticad 7

L’Ong 3D a procédé, hier, mardi, à la présentation de son ouvrage consacré à la recherche prospective sur le financement interne du développement. Il ressort des enquêtes menées par l’organisation, qu’il faudrait repenser profondément la dépense publique ainsi que les mécanismes de mobilisation des ressources publiques.

Selon le directeur exécutif de l’Ong 3D, Moundiaye Cissé, dont les propos sont rapportés par nos confrères du journal EnQuete, repris par laviesenegalaise.com, les crédits alloués à certaines institutions publiques méritent une attention particulière. S’appuyant sur le rapport, il indique que sur la période 2012- 2018, le pouvoir Législatif a coûté au contribuable 113,43 milliards de francs Cfa, le Conseil économique social et environnemental 46,52 milliards, le Haut conseil des collectivités territoriales 14,80 milliards de francs, la Commission électorale nationale autonome 16,85 milliards, l’Ofnac 4,69 milliards de francs Cfa.

Toujours en se fondant sur les conclusions des experts, il souligne que pour ce qui est de l’exercice budgétaire en cours (2019), un budget de 18 558 057 759 F Cfa est prévu pour l’Assemblée nationale dont 14 927 506 000 F Cfa au titre du fonctionnement et 3 630 551 759 F Cfa seulement pour l’investissement. Pendant ce temps, le Conseil économique, social et environnemental pèse 6 227 590 000 F Cfa, le Hcct 9 090 000 000 F Cfa dont 2 790 000 000 seulement d’investissement.

De l’avis de Moundiaye Cissé, il faut que la société civile prenne des positions objectives et scientifiques sur la question des politiques publiques. “La démarche qui a été retenue, dans le cadre de cette étude, est constructive. Elle vise davantage à alerter l’Etat du Sénégal sur les fuites de recettes qui limitent le financement des projets de développement par les ressources endogènes.

Cette problématique est au cœur de l’aphorisme ‘Sunu budget’ qui appuie les populations afin qu’elles s’approprient le budget dans ses volets classiques : ressources et charges’’, fait savoir le directeur exécutif.

Corruption à l’Ia
IPRES - Un Directeur