Felwin Sarr révèle : “Boris ne supporte pas qu’on égratigne Cheikh Anta Diop”

Felwine Sarr, écrivain

“Ne serait-ce qu’un petit peu”, Boubacar ne permet qu’on touche à Cheikh. C’est selon Felwin Sarr, lors de son entretien au Grand Jury sur Iradio, ce Dimanche 24 novembre. L’auteur d’Afrotopia est à l’occasion invité à se prononcer sur la “querelle” entre Souleymane Bachir Diagne et Boubacar Boris Diop, autour de Cheikh Anta Diop.

A en croire monsieur Sarr, l’échange de textes (quelques fois salés disons-le) auquel le public a assisté dernièrement ne doit être qualifié de conflit d’ego. L’économiste souligne par ailleurs que les travaux de Cheikh Anta Diop ont comblé un fossé, mais, ce n’est pas pour autant qu’ils sont exempts de critiques. Puisque, soutient-il, Cheikh, aussi fécond qu’a pu être son esprit, reste un homme de son temps. Et, les temps évoluent.

Ce qui fait dire à Felwin, à l’endroit de Boris, : “il a sur-réagi…et je pense qu’il a tort.”

Pour autant, il reste dans une logique d’apaisement, en rappelant que l’ouvrage “comment philosopher en Islam” de Bachir Diagne a été réédité par lui, avec la complicité de Boris Diop. De conclure qu’il doit prochainement rencontrer ce dernier en Égypte, et que sûrement, cette parenthèse de joute intellectuelle entre les deux sera évoquée.

 

  ♦ Moussa Seck – laviesenegalaise.com

La Fondation 221 off
Visite chez le Khali