HomeActualitéFatoumata Diop, deuxième Dauphine de Miss Dakar 2018: Un cœur à prendre

Fatoumata Diop, deuxième Dauphine de Miss Dakar 2018: Un cœur à prendre

Fatoumata Diop, deuxième Dauphine de Miss Dakar 2018-Mannequinat

Le mois de décembre dernier a été riche en événements culturels. Un, et pas des moindres, était celui de Miss Dakar 2018 au musée des civilisations noires le lendemain de son inauguration. Quelques semaines après, nous avons rencontré Fatoumata Diop, deuxième dauphine du concours. D’une beauté singulière, Fatoumata est une fille « mystérieuse », mais également une nymphe de la mode. Elle est aussi un cœur à prendre.

  ♦ Entretien

Mademoiselle Diop, présentez-vous à nos internautes s’il vous plait.Fatoumata Diop, deuxième Dauphine de Miss Dakar

 Je suis Fatoumata Diop, je viens d’avoir 20 ans, je suis étudiante en licence 2 d’international management dans une université privée. J’habite à la sicap baobab et je suis plutôt introvertie.
J’aime lire et écrire, je tiens un blog d’ailleurs où je publie fréquemment mes écrits. J’aime les personnes avec un haut niveau spirituel et ouvert d’esprit, celles avec qui on peut parler de tout et de rien, ce sont celles qui me comprennent le plus. Et oui, j’ai une personnalité assez complexe je dirai. Ce qui me vaut l’attribution de “Fille Mystérieuse”.

Mystérieuse, et pourtant, vous avez su vaincre votre timidité et vous présenter à cette compétition convoitée par de nombreuses filles, était-ce un rêve d’enfant ?

Alors, ce n’était pas du tout un rêve de petite-fille. Ma participation à ce concours a plutôt été un défi que je m’étais lancée pour pouvoir gagner en confiance et m’affirmer. Et franchement, je ne regrette pas d’y avoir participé parce que c’était une expérience assez enrichissante, sur le plan personnel et sur le plan relationnel, mais surtout ça m’a permis de faire face à mes peurs. J’ai souvent eu peur de parler en public, j’étais plutôt timide et cette expérience m’a vraiment permis de m’améliorer sur ce point et dorénavant je sais que je n’aurai plus peur de m’exprimer, ou d’affronter l’inconnu, mais surtout d’être moi-même et de faire entendre ma voix aujourd’hui et dans le futur.

Pouvez-vous revenir sur vos préparatifs?

Les émotions étaient au rendez-vous. La compétition a été stressante, je l’avoue. La préparation a été fatigante, les répétitions se faisaient le soir et nous finissions assez tard, vers 22h. La confection de ma tenue m’a pris un certain temps et la pression dans les coulisses le jour-j devenait presque insupportable !
Mais, j’étais très fière de moi car j’ai fait tout ce qu’il fallait, tout ce qu’on attendait d’une vraie miss.

Avez-vous senti une once de favoritisme dans le jugement du comité d’organisation ?

Dieu Décide, et nous autres disposons. Même si certains ont dénoncé la transparence, ou encore le professionnalisme de certains membres du comité, nous sommes venu à bout de ce concours, en espérant que d’année en année qu’il y ait plus de transparence. Selon moi, finir deuxième dauphine dans un lot de 15 filles est assez satisfaisant. Bien vrai que je visais la couronne, je reste satisfaite de mon résultat, c’est pas mal pour une première.

Dernière question si vous souhaitez bien y répondre sans que cela ne paraisse indiscret, une si jolie nymphe telle que vous doit forcément avoir un prince. Y aurait-il un heureux élu ?

Pas encore. Pour le moment, je préfère me concentrer sur ma personne et sur ce qui me fera avancer et le reste peut bien attendre. Je ne suis pas de ces filles qui banalisent cela. J’attends le prince charmant, mais selon moi, trouver “le prince charmant” nécessite un certain temps de travail sur soi même surtout quand on ne veut pas de ces engagements qui finissent par nous dévaloriser en tant que femme. Je veux quelque chose d’unique, d’extraordinaire, de vraie et je dois prendre mon temps pour cela.

Votre conseil pour les jeunes filles

Le conseil que je donne à toutes les filles, le conseil que je peux leur donner c’est de croire en elle. Elles doivent faire de leurs différences un atout et assumer leurs origines, leurs individualités, et surtout de savoir qui elles sont vraiment, prendre conscience des reines qu’elles sont et enfin être des femmes accomplies parce que nous sommes toutes assez belles et assez intelligentes pour être nous-même. Malgré nos différences, à toutes les filles et femmes, croyons en nous! Aspirons à de belles choses et rendons ce monde meilleur. We are good enough to be ourselves and to make a big change in women’s lives.


 

   Propos recueillis par Ngouda Dionelaviesenegalaise.com

Partager cet Article avec Vos Amis ⇓⇓⇓

Journée d’Intégr
Madicke Niang démis