Épidémie Coronavirus : Des caméras thermiques installées à l’Aibd pour contrôler les passager en provenance des zones à risques

Prix des produits à l'AIBD, un sandwich à 3500 Fcfa, une tasse de café à 1500F

Le renforcement de la surveillance épidémiologique contre le coronavirus apparu en Chine est effectif à l’aéroport international Blaise Diagne de Diass (Aibd). Des caméras thermiques sont installées pour contrôler les passagers en provenance des zones à risques.

Le Sénégal a renforcé la surveillance à l’Aéroport international Blaigne Diagne (Aibd). Le ministère de la Santé et de l’Action sociale, en partenariat avec les services en charge de la gestion de l’aéroport, ont mis en place un dispositif de prévention de l’épidémie de pneumonie à coronavirus qui est partie de Chine.
Le département en charge de la santé a affecté les agents pour assurer le contrôle des passagers de certains vols. «Nous avons installé des équipements, des caméras thermiques pour contrôler certains passagers en provenance des zones à risques», a informé Xavier Mary, directeur de Limak-Aibd-Summa (Las), la société qui a en charge la gestion de l’Aibd. Selon M. Mary, le ministère de la Santé et de l’Action sociale est « le maître d’œuvre » de l’opération de surveillance épidémiologique à l’aéroport.
Le ministère de la Santé avait annoncé une série de mesures pour prévenir des cas au Sénégal, il y a quelques jours. Parmi ces mesures figurent la sensibilisation des Sénégalais, l’envoi de fiches techniques sur la maladie aux districts sanitaires, aux régions médicales et à tous les établissements publics de santé. Le ministère avait aussi recommandé aux populations de se rendre auprès de la structure sanitaire la plus proche dès qu’elles présentent des manifestations respiratoires sévères.
Au cours de ces dernières années, les épidémies de maladies virales ont mis à nu la défaillance des systèmes sanitaires des pays africains comme ce fut le cas durant les épisodes d’Ebola qui avait fait plus de 11.000 morts en Guinée, au Sierra Léone et au Libéria. Aujourd’hui, les structures sanitaires de l’épicentre de l’épidémie en Chine ont attient ce qu’il convient d’appeler «la rupture de leur capacité de charge». La Chine est obligée de construire, en 10 jours, un hôpital d’une capacité de 1000 lits. « Les travaux doivent être achevés en un temps record et l’hôpital, de 25.000 m2, ouvrira ses portes le 3 février. Il accueillera exclusivement des malades de la pneumonie virale d’origine inconnue », indique l’Agence Chine Nouvelle, reprise par le Figaro.

Source : Soleil

Bignona : Pape Blais
Licenciement au Sole