HomeActualitéDes tonnes d’oignon pourrissent dans les champs à Potou

Des tonnes d’oignon pourrissent dans les champs à Potou

Des tonnes d’oignon pourrissent dans les champs à Potou

C’est le désarroi total chez les producteurs agricoles de la zone de Potou. L’association des jeunes producteurs de la zone des Niayes qui a fait face à la presse a dénoncé cette situation liée au dégel de l’importation d’oignon. Mawdo Ka, le secrétaire général de l’association considère que le directeur de l’agence de régulation des marchés a failli à sa promesse de maintenir le gel des importations d’oignon jusqu’au 10 septembre.

 

« On pensait pouvoir vendre notre production avant cette date. Mais la décision du dégel intervenue entre temps a gâcher nos prévisions. Des centaines de tonnes d’oignon sont en souffrance dans les champs. On ne parvient plus à vendre notre production. Les jeunes réunis au sein de notre association sont désemparés.

Beaucoup parmi nos membres ont contracté des dettes auprès des banques. Avec cette situation, nous sommes dans l’impossibilité d’honorer nos engagements. Les jeunes qui avaient tourné le dos à l’émigration clandestine pour se consacrer à la production agricole. envisagent de reprendre les pirogues », a déploré Mawdo Ka, le secrétaire général de l’association des jeunes producteurs agricoles de la zone des Niayes qui en appel à la bienveillance des autorités étatiques.

Il faut rappeler que récemment, lors d’un atelier, le secrétaire général du ministère du Commerce, des Petites et moyennes entreprises s’exprimait dans ce sens.

Mactar Lam faisait des précisions sur la filière oignon. Il avait confirmé qu’il y a eu quelques désaccords entre les acteurs. Ce qui a poussé à mettre en place un cadre de concertation pour le dégel et lever le gel des importations. “Je rassure que le département a pris en charge le dossier. On réglera rapidement ce problème. Les consommateurs déplorent le fait que l’oignon ait atteint un niveau de prix anormal. C’est cette situation que nous sommes en train d’apprécier. Nos équipes sont sur le terrain”, avait-il dit.

Moustapha Diakhaté
Issa Sall, l'imPUR s