HomeActualitéDemette en Deuil : Un grand Baobab est Tombé !

Demette en Deuil : Un grand Baobab est Tombé !

Cimetières, enterrement

Par Allah Seigneur de l’univers, gloire à celui qui créa l’homme à partir d’argile. « Chaque âme gouttera la mort, Puis vous retournerez à Moi » Coran : Sourate 29, v 57. Monsieur Oumar ANNE n’est plus, c’est ainsi que Dieu l’aura voulu.

« De toute heure du jour, fais ce qui t’incombe avec le sérieux d’un homme sincère et exact, tu y arriveras lorsque tu feras chacun de tes actes comme étant le dernier de ta vie », voici la mentalité qui animait l’homme. Affectueusement appelé Monsieur Anne, l’homme aura marqué de son emprunte sa communauté ainsi que tous ceux qu’il a côtoyé de son vivant.Oumar Anne de Demette

Né à Demette en 1945, Monsieur Anne commença à apprendre le coran à l’âge de 5 ans auprès de son père qui était un grand marabout. Nous sommes à un moment où l’époque coloniale bat son plein et c’est l’homme blanc qui dicte la loi. Contraint d’aller à l’école Française, il mémorisa déjà le coran  étant en classe de CM.

Il obtient son entrée en 6e à l’école de Demette dont l’examen se faisait à Saint-Louis où il fît le secondaire au Lycée Faidherbe de ladite ville jusqu’en seconde (2nd). Le savoir est l’une des armes les plus puissantes du croyant bien guidé, là il décida de quitter les bancs ; Sa foi et sa ferveur, la force de sa conviction et surtout la volonté d’aider ses parents le poussent à devenir enseignant car c’est là qu’il se sentait capable d’aider la communauté en apportant sa contribution dans l’éducation de leurs progénitures.

Ce fut ainsi, car rare sont aujourd’hui ceux qui n’ont pas bénéficié d’un coup de pousse de ce grand homme qui n’hésitait pas à faire le jugement supplétif pour les enfants en classe d’examen, ou encore compléter leurs dossiers afin qu’ils puissent aller à l’école sans connaître le nom de leurs parents, encore moins s’attendre à quelque chose au retour. Nous sommes en début 60, quelques années après l’indépendance il pose ses valises dans la région de Matam pour servir à Bokkiladjé, avant d’atterrir à Koutal dans la région de Kaolack quelques années plus tard. En 1973, il demande à revenir à Demette pour mieux servir sa ville natale.

Là, durant un quart de siècle (1973 à 1998), étant directeur de l’école il s’est engagé à fond, il s’est battu corps et âme pour que plusieurs enfants de la ville soient scolarisés surtout les filles nous en témoigne sa nièce Fadimata ANNE aujourd’hui responsable des guichets à la poste « je me rappelle quand on était toute petite, on s’amusait juste dans le village mes amies et moi quand quelques élèves un peu plus âgés sont venus nous demandé d’aller répondre à l’appel de Monsieur ANNE, et une fois arrivée on nous demande de rentrer dans la classe, voilà comment il nous a fait entrer à l’école. On pourra jamais l’oublier et nous prions pour qu’il repose en paix»

En 1998 il est affecté au cas-cas pour être surveillant d’un nouveau collège, il y resta jusqu’à sa retraite en 2000. Après sa retraite il revient à Demette, et toujours animé avec la même volonté de contribuer pleinement au développement socio-économique de sa communauté, l’homme change sa méthode et se muni du manteau d’homme politique. Et c’est grâce à son engagement et surtout à sa déterminationque Demette est érigé en commune par l’Etat du Sénégal en 2008, et c’est l’actuel président du conseil départemental de Podor (Mamadou Dia)qui en fût le 1er maire (2009-2014) et lui Officier d’Etat Civil durant à la même période. En 2014, la maladie l’empêche de continuer sur le terrain son travail, mais il est toujours consulté sur les questions majeures de la commune et ses arguments pèsent très lourd dans la balance sociale de la commune.

De ses enfants, en passant par ses élèves dans différentes classes et même les enfants qu’il pouvait rencontrer à l’ordinaire dans les rues, tous sontd’accord que l’homme les à léguer quelquechose de positif dont-ils sont fiers aujourd’hui et qu’ils n’oublieront jamais. Pieux, fervent croyant, grand fidèle de la Tidjâniyyâet grand éducateur avec le sens de la pédagogie humaine, l’homme qui aura voué un culte sincère à Dieu a passer sa vie à servir ses semblables. Très dense spirituellement et grand intellectuel, cette double qualité de l’homme peut se voir chez presque tous ses enfants qui ont fréquentéà la fois l’école coranique et l’école Française souvent l’une au détriment de l’autre.

Pour ce qui concerne le reste de ses enfants (ses élèves et ceux qu’il pouvait rencontrer au quotidien) il les encourageait toujours, les incitait à apprendre, à les aider à avancer tant bien que mal, mais aussi et surtout il les faisait savoir qu’apprendre c’était bien mais connaître et respecter les principes de la race humaine c’est encore mieux. La plupart de ces information nous ont été données par sa fille Oumou ANNE étudiante en économie(master II à l’UCAD) qui était à son chevet avec sa sœur et leur brave et courageuse maman jusqu’à son dernier souffle le samedi 24 juin 2017 à Grand-Dakar chez son frère Boubacar Oumar ANNE (doyen de la famille ANNE), En larme, elle nous fît savoir« Un excellent père, il nous a donné tout ce qu’il avait, nous sommes surtout fiers de l’éducation qu’il nous a donné mes frères et moi, qu’il repose en paix »

Selon son cousin AlhousseyneMoctarANNE (agronome à la retraite)« c’était un grand homme plein de ferveur, qui avait un bon cœur, très humble, social et très rattaché aux valeurs humaines et fraternelles, il a servi dans beaucoup de ville de ce pays, mais c’est après qu’il demanda à être affecté à Demette pour mieux servir la communauté qui l’a vu grandir, Nous prions qu’il repose en paix, que la terre lui soit légère et que la grâce et la miséricorde d’ALLAH embellisse sa famille ses épouses et ses enfants»

Pour son neveu et gendre Amadou BAH (Quadragénaire, agent de facturation à la SDE) « Il était très bon, clément, indulgent bref c’était un débonnaire. Il était très paternel car il fut le père de tous les enfants qui l’ont connu, de sa personne se dégageait une bonté sans pareille il aimait son prochain et il a toujours été au service et à l’écoute de sa communauté. Il faut aussi souligner que c’est grâce à lui que la ville de Demette a été ériger en commune,car étant très proche des politiques en cette période il a beaucoup fait également pour la ville dont il a été officiel d’Etat Civil (2009-2014). Je garde de lui celui qui m’aura permis d’aller à l’école, d’apprendre et d’être ce que je suis aujourd’hui. C’était un enseignant modèle et une personne digne qui ne ressentait la joie de vivre que quand il servait les autres »

Thierno Madani TALL, actuel Khalife de la famille Tall à Dakar a dans son intervention (au mausolée Seydou Nourour TALL où le corps a été enseveli le soir avant de l’amener à Demette) fait savoir que « Vouant un culte très sincère au Créateur, c’était un homme de Dieu, sa fidélité à la communauté tidjâne en témoignait largement, c’était un homme digne de confiance, fidèle et sincère dans tout ce qu’il faisait. Il s’est toujours battu pour l’union des cœurs, la consolidation des liens fraternels et pour la bonne éducation de nos enfants. Que son âme repose en paix et qu’ALLAH dans sa divinité le reçoive dans son paradis »

L’élève est le reflet de son maître disaient les moines bouddhistes. Un de ces élève qu’il a eu à encadrer jusqu’en classe de CE, en la personne d’Abdoulaye Elimane Dia ( actuel maire de Demette qui a résolu l’équation corbillard climatisé qui amena le corps à Demette ainsi que deux minibus pour la délégation qui l’accompagne, et bien avant il s’était porté garant de la facture d’hospitalisation et autres) Celui-ci au-delà du fait que le défunt fût un grand ami à son père, son humanisme, et surtout sa personnalité caractérisé par une certaine humilité et très disponible à partager la vie quotidienne ainsi que les réalité socio-économiques de sa communauté, Kaladio a raccompagné le cortège funèbre jusqu’à Demette où Monsieur ANNE a été conduit à sa dernière demeure par ses parents, proches, amis et autres collaborateurs qui lui rendu un grand hommage. Il repose désormais au cimetière principal de la ville auprès de son frère.

Il laisse derrière lui deux veuves et plusieurs enfants ainsi que plusieurs  bonnes œuvres qui témoigneront jusqu’à la fin des temps de son passage bénéfique pour les communautés sur cette terre.Voici là, une source d’inspiration pour toute la jeunesse Sénégalaise et du monde, dors en paix Monsieur ANNE et que la terre vous soit légère.

        B – BOUARE – laviesenegalaise.com

Commentez cet article

Partager cet Article avec Vos Amis ⇓⇓⇓

Partager l'articleShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on TwitterEmail this to someone
Fin du Ramadan : Com
Korité 2017 - Prêc