HomeÉconomieConséquences de l’investiture de Macky Sall : l’agenda des députés perturbé

Conséquences de l’investiture de Macky Sall : l’agenda des députés perturbé


Le vote du projet de budget du ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural a été adopté à l’Assemblée nationale, le samedi 1er décembre 2018. Coïncidant avec l’investiture du candidat de Benno Bokk Yaakaar à la prochaine présidentielle, la plénière a connu un énorme retard, du fait que les parlementaires de la majorité se trouvaient à Dakar Arena,à Diamniadio. Les députés de l’opposition ont boycotté la séance.

Le budget 2019 du ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural a eu bien du mal à être voté, ce samedi. La plénière pour son adoption, initialement prévue à 9 h, a été reportée à 16 h, pour permettre aux députés de la majorité d’assister à l’investiture du candidat Macky Sall pour la présidentielle de 2019, à Dakar Arena, à Diamniadio. Finalement, ce n’est qu’à 20 h que la séance a débuté.

Le ministre et sa délégation, présents à l’hémicycle dès 16 h, ont attendu plus de 4 heures le retour des parlementaires. Faute de quorum, la séance ne pouvait démarrer. Le règlement intérieur de l’Assemblée indique que pour qu’il y ait une plénière, il faut la présence d’un président, de deux vice-présidents et de deux secrétaires élus dans la salle. Sinon, la plénière ne peut pas se tenir.

Or, aujourd’hui, sur les 129 députés de la majorité, il n’y a qu’un seul qui est venu et c’est un député simple, qui ne fait pas parti du bureau. Tous les présidents, vice-présidents et secrétaires élu sont absents’’, a pesté Serigne Cheikh Mbacké, Président du groupe parlementaire Liberté et démocratie. Face à cette situation, les députés de l’opposition ont décidé de boycotter la séance. En effet, les compagnons de Serigne Cheikh Mbacké ont boudé l’Assemblée nationale, après plus de 2 heures d’attente de leurs collègues de Benno Bokk Yaakaar. Pour ce faire, le groupe parlementaire Liberté et démocratie a interpellé les journalistes pour tenir un point de presse et exprimer sa désolation face à cette situation. “La séance était convoquée à 16 h et il est 17 h 20. Il n’y a pratiquement aucun député de la majorité, hormis le rapporteur Modou Souaré. Ils sont partis à l’investiture de Macky Sall. Donc, le parti avant la patrie. On devrait discuter du budget de l’Agriculture qui est, évidemment, l’un des ministères les plus importants de ce pays. Toute l’opposition est là et pas un seul député de la majorité pour discuter de l’avenir de l’agriculture sénégalaise. Ils auraient pu, au moins, ne pas programmer la séance aujourd’hui ; la programmer un autre jour, mais ils ont préféré mépriser l’Assemblée, mépriser le peuple qui nous a mis ici. C’est ça qui montre clairement que le pays ne les intéresse pas. C’est le pouvoir en tant que tel qui les intéresse’’, a fulminé Mamadou Diop Decroix. Son collègue parlementaire Toussaint Manga n’a pas hésité à tirer sur ceux de Benno Bokk Yaakaar.
Pour le jeune libéral, “les députés de la majorité ne sont pas là pour l’intérêt des Sénégalais. Entre venir parler de l’agriculture et des problèmes qui intéressent les Sénégalais, ils ont choisi d’aller applaudir Macky Sall à Dakar Arena. C’est la raison pour laquelle l’opposition a décidé de boycotter cette plénière. On ne peut pas faire attendre un ministre pendant 2 heures de temps, de même que des députés. C’est un manque de respect envers le pays, “ a-t-il déclaré. Après leur déclaration, les députés de l’opposition ont, comme annoncé, boudé l’hémicycle, laissant le ministre et sa délégation seuls à patienter. C’est aux environs de 20 h que les parlementaires de la majorité, dont certains avec leur écharpe de Benno Bokk Yaakaar encore attachée autour du cou, se sont présentés pour ouvrir la séance présidée par Abdou Mbow.
Du fait du boycott de l’opposition, la plénière s’est tenue sans un débat contradictoire. Toutes les interventions ont consisté à féliciter le ministre ou à apporter quelques remarques et suggestions, par exemple sur le projet du gouvernement pour l’autosuffisance en riz annoncée pour 2017, mais qui n’est toujours pas effective.

Sur cette question, le ministre a tenu à rassurer les parlementaires, indiquant que l’autosuffisance théorique est déjà acquise, mais qu’il restait celle réelle qui correspond, selon Pape Abdoulaye Seck, à “une production suffisante en quantité, satisfaisante en qualité, rémunératrice pour les producteurs et supportable pour le budget des consommateurs les plus pauvres’’.

Finalement, le budget a été adopté à l’unanimité par les députés de la majorité. Il a été arrêté à la somme de 203 184 118 556 F Cfa pour l’année 2019, contre 195 508 028 840 F Cfa en 2018, soit une hausse de 3,93 % en valeur relative et 7 676 089 716 F Cfa en valeur absolue.

Partager cet Article avec Vos Amis ⇓⇓⇓

Le grand successeur
KANEL - Des populati