HomeActualitéComment la section de recherches de la Gendarmerie de Colobane a piégé Bougazelli pour le prendre la main dans le sac?

Comment la section de recherches de la Gendarmerie de Colobane a piégé Bougazelli pour le prendre la main dans le sac?

Seydina Fall Bougazelli placé en garde

Les carottes sont cuites pour Bougazelli! Dans cette affaire de faux billets impliquant Seydina Fall dit Bougazelli, les vaillants gendarmes de la Section de recherches ont recherché et obtenu le flagrant délit.

Lors de son interrogatoire mercredi, Seydina Fall a eu à plusieurs reprises des trous de mémoire.

En effet, Malick Samb et cinq autre suspects ont été les premiers à tomber dans le cadre de l’enquête. Un lot important de billets noirs a été saisi sur eux. Il se trouve que Malick Samb a avoué aux gendarmes que son fournisseur n’était personne d’autre que Seydina Fall alias Bougazelli. Mieux, il a décidé de coopérer avec les gendarmes en appelant Bougazelli pour lui dire qu’un client avait besoin en urgence de billets noirs et de…mercure pour les laver.

Après échanges, Bougazelli lui propose 46 millions de Fcfa en billets noirs (euros et dollars) à 3 millions de Fcfa. Ils s’accordent et Samb indique au responsable de l’Alliance pour la République (Apr) que le client amènera la somme convenue.

Bougazelli ne se doute pas en ce moment que le fameux client était un gendarme infiltré. Face à l’enquêteur, il ouvre la malle arrière de sa voiture pour livrer le sac contenant la «marchandise» et du…mercure.

L’élément infiltré décline ses fonctions, une équipe civile de la Section de recherches, qui suivait discrètement l’échange, sort de sa planque et Bougazelli est embarqué. Mieux, lors de la perquisition effectuée chez l’ancien parlementaire et en sa présence, les gendarmes découvriront un autre lot de billets noirs et du mercure à la pelle.

Il y a plus grave encore : le patron d’un restaurant figure dans le lot des complices présumés de Bougazelli qui ont été arrêté. Le rôle de ce dernier était de fourguer des faux billets aux clients, qui ne se doutaient de rien, en leur rendant la monnaie après paiement de leur commande.

Matam : Un accident
Le Général Jean-Ba
Notre Page Facebook