HomeÀ la uneCélébration de la Journée Mondiale de la Population : Le discours de Birima MANGARA

Célébration de la Journée Mondiale de la Population : Le discours de Birima MANGARA

Birima MANGARA, Ministre Délégué auprès du Ministre de l’Économie, des Finances et du Plan, chargé du Budget

Thème : «  Investir dans les adolescentes » 

Honorables députés ; 

Excellence, Mesdames, Messieurs les Ambassadeurs ;

Madame le Représentant Résident du Fonds des Nations Unies pour la Population ;

Mesdames, Messieurs les représentants des Partenaires au développement ;

Mesdames, Messieurs, les représentants des départements ministériels ;

Distingués invités,

Je suis particulièrement honoré d’être parmi vous ce matin, pour présider la cérémonie officielle d’ouverture de la Journée Mondiale de la Population édition 2016.

Le 11 juillet 1987 a constitué un tournant historique dans la marche de l’humanité. C’est à cette date que la population mondiale a franchi le cap des cinq milliards d’habitants. Elle a alors suscité des inquiétudes légitimes liées à la gestion durable des ressources.

Depuis lors, la célébration de la journée mondiale de la population représente pour la communauté internationale, un temps fort de sensibilisation et d’échanges sur les questions de population.

 

Mesdames et Messieurs,

Le thème retenu cette année par la communauté internationale : « Investir dans les adolescentes», est d’un intérêt capital. En effet, 1,8 milliard de personnes sont âgées de 10 à 24 ans et représentent un quart de la population mondiale. Il y a plus de 600 millions de filles dans le monde aujourd’hui, dont plus de 500 millions dans les pays en développement. Ainsi, les problèmes de santé, d’éducation et de droits humains constituent de nos jours une préoccupation majeure dans le monde et plus particulièrement dans les pays de l’Afrique subsaharienne comme le nôtre.

Au Sénégal, l’effectif des adolescents de 10 à 19 ans est estimé à près de trois (03) millions, dont 50,2% de filles.  Les adolescentes portent en elles même les germes du futur et les potentialités pour le développement du Sénégal.

Les opportunités et les choix offerts à ces filles durant l’adolescence leur permettront d’aborder l’âge adulte en tant que citoyennes autonomes et actives.

Cependant, des millions d’adolescentes se heurtent à une sérieuse discrimination et exclusion qui les empêchent de revendiquer leurs droits et d’accomplir leur véritable potentiel. Elles sont victimes d’analphabétisme et d’abandon. Elles sont aussi vulnérables à la violence sexuelle et soumises à des pratiques nuisibles. De même, elles sont confrontées à des mariages et des maternités précoces.

Selon le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), environ 16 millions de filles âgées de 15 à 19 ans donnent naissance chaque année.

Au Sénégal, cette cible fait partie des couches les plus vulnérables dont la santé a souvent été compromise par des comportements à risques. Entre autres,  19%  des adolescentes de 15 à 19 ans ont déjà commencé leur vie féconde,  16% sont dans les liens du mariage.

Mesdames et Messieurs,

La communauté internationale vient de réaffirmer une fois de plus, sa volonté de soutenir les adolescentes en les plaçant au centre de la célébration de la Journée mondiale de la Population (JMP) en cette année 2016.

Au Sénégal, les questions liées à la prise en charge de la jeunesse de manière générale et des adolescentes en particulier sont au cœur du Plan Sénégal Emergent. C’est l’expression de la forte volonté politique de son Excellence le Président Macky SALL, à impulser le développement de notre pays en prenant en charge de manière adéquate cette importante tranche d’âge de la population.

A ce titre, il me plait de rappeler que la santé, l’éducation, la nutrition mais surtout la santé de la reproduction, sont des axes fondamentaux de notre politique de développement.

Aussi, conscient de la spécificité des adolescents et des adolescentes ainsi que des problèmes auxquels est confrontée cette catégorie sociale, particulièrement vulnérable, le gouvernement du Sénégal, avec l’appui de ses partenaires au développement, a initié des actions visant à prendre en charge leurs besoins. Ces actions sont clairement déclinées dans des projets et programmes, entre autres :

  • la Stratégie Nationale en Santé de la Reproduction des Adolescent(e)s/Jeunes ;
  • Le programme d’animation « Grandir en harmonie » et les Standards des Services de Santé adaptés aux Adolescent(e)s/Jeunes (SSAAJ) ;
  • la création de Centres Conseils Ados (CCA),
  • l’adoption des lois sur la Santé de la Reproduction, les excisions et le VIH ;
  • le Programme conjoint pour l’Eradication des Violences basées sur le Genre et la Promotion des Droits humains des Femmes et des Filles ;
  • la loi d’orientation 2004 qui prône l’obligation scolaire jusqu’à dix ans et met l’accent sur la formation qualifiante ;
  • la mise en œuvre du Programme d’Amélioration de la Qualité de l’Equité et de la Transparence (PAQUET).
  • la décision présidentielle de retirer les enfants de la rue.

Les adolescentes constituent un capital humain d’une grande utilité pour le développement du Sénégal. Une meilleure prise en charge en termes d’investissements dans cette importante frange de la population pourrait accélérer la capture du dividende démographique.

Mesdames, Messieurs,

Chers invités

 

En cette Journée mondiale de la population, engageons-nous à aider les adolescentes à réaliser leur potentiel et à contribuer à la réalisation du dividende démographique pour un Sénégal émergent.

En partenariat avec le Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP), le Sénégal a entamé un processus d’élaboration d’un document d’orientation national sur la capture du dividende démographique.

L’intérêt de ce document s’inscrit dans la perspective d’un plaidoyer fort au plus haut sommet de l’Etat en faveur d’un meilleur investissement dans les adolescents et les jeunes.

J’exhorte nos partenaires intervenant dans le domaine de la population et des adolescentes en particulier (organisations internationales, ONG, mouvement associatif, acteurs privés…), à s’impliquer davantage aux côtés du Gouvernement pour accroître le financement des activités liées à la promotion de ce groupe cible.

 

Mesdames, Messieurs

Je saisis l’opportunité qui m’est offerte pour exprimer toute ma satisfaction ainsi que mes vifs remerciements à tous les acteurs qui ont contribué à l’organisation de l’édition 2016 de la Journée Mondiale de la Population.

Je ne peux terminer mon propos sans adresser mes remerciements au Fonds des Nations Unies pour la Population pour le concours qu’il ne cesse d’apporter dans la mise en œuvre de la politique de population de notre pays.

En vous souhaitant pleins succès, je déclare ouverte la cérémonie officielle l’édition 2016 de la Journée Mondiale de la Population.

Je vous remercie de votre aimable attention.        

Chronique : Le pauvr
Boureima DIADIE "La