HomeActualitéAwa Marie Coll Seck : « Tant qu’on ne s’appuie pas sur nos valeurs humaines, il sera difficile pour le Sénégal de décoller»

Awa Marie Coll Seck : « Tant qu’on ne s’appuie pas sur nos valeurs humaines, il sera difficile pour le Sénégal de décoller»


Marraine de la 13e promotion de Master II en Méthode Statistiques et Économétriques, Mme Awa Marie Coll Seck, compte tenu de son agenda chargé, n’avait pas assisté le 17 novembre dernier à l’UCAD II, à la cérémonie de sortie de la promo. Mais, pour l’honorer, les étudiants ont tenu à faire le déplacement deux semaines après pour lui apporter un diplôme de reconnaissance et témoigner leur gratitude au Professeur, Ministre d’Etat. C’est à son domicile situé à Gibraltar en fin d’après-midi de la journée du samedi 1er décembre que celle qui fut docteur honoris causa de l’université Pierre et Marie Curie en 2003 a reçu les étudiants. Elle a profité de cette occasion pour parler d’éthique, la déontologie ainsi que les valeurs humaines sans lesquelles on ne peut prétendre à la réussite encore moins à la gloire.

Très touchée par le geste des étudiants, l’ancienne ministre de la santé a évoqué, comme dans un cours magistral les vertus que doit s’imprégner un bon citoyen pour mieux servir sa Nation. En effet, celle qui a été la directrice du département d’appui aux pays entre 1996 et 2001 au sein du programme conjoint des Nations unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA) et présidente d’un mouvement citoyen qui prône les valeurs de dire “celles-ci (les valeurs) sont extrêmement importantes et si vous voulez qu’on soit une vrai famille, il faudrait tenir compte de cela». Soulignant l’indiscipline plus ou moins généralisée à travers le pays, l’ancienne chargée des politiques et stratégies dans les domaines techniques, éthiques et des droits humains au sein du programme ONUSIDA, a laissé entendre : «tant qu’on n’aura pas ces valeurs au Sénégal, on aura des difficultés pour décoller. Ce n’est pas un problème de dirigeants seulement que nous avons, mais le type de sénégalais en lui-même. Alors, vous êtes à un niveau où ces valeurs doivent être très importantes pour vous. Bien sûr on y arrivera à travers des discussions, des échanges, quand les gens comprendront le vrai sens des propos de nos grands parents, nos aïeux qui parlaient de «djôm» «dignité» et bien d’autres valeurs qui sont les fondements de notre société. Par contre, quand on entend très souvent sur des questions diverses, des gens sur les radios et autres se proférer ses insanités, moi, je me dis que ce n’est pas ça que je veux pour mon pays».

Awa Marie Coll Seck s’est d’ailleurs rappelée des sages conseils que lui prodiguait son cher époux (Dr Seck) sur le rôle de l’argent dans la vie. La spécialiste en bactériologie-virologie et en maladies infectieuses et tropicales a ainsi dit aux étudiants que «certes on doit pouvoir vivre et s’en sortir dans la vie c’est normal, mais l’argent ne doit pas être votre objectif principal et cela c’est la vie elle-même qui vous l’apprendra. Et surtout quand on se lance dans des malversations, des magouilles pour avoir de l’argent, ça c’est encore pire. Il faut savoir vivre avec ce qu’on gagne et se suffire de cela. Prônez toujours vos valeurs, car je veux que vous soyez des personnes dont je serais aussi fière d’avoir été leur marraine, parce qu’on aura les mêmes valeurs».

Le chômage, inquiétude des diplômés !
S’agissant de la préoccupation majeure des diplômés, c’est-à-dire l’emploi, celle qui fut également en 1984, alors âgée de 33 ans, la première femme agrégée de médecine au Sénégal et l’une des pionnières en Afrique francophone, Mme Awa Marie Coll Seck affirme que «le pire, c’est un chômeur diplômé parce que, quand on fait des études on se dit qu’on doit avoir un travail, et ça, je ne peux pas dire que vous aurez tous du travail parce qu’on se connait bien dans ce pays, mais on peut vous ouvrir des portes, on peut vous orienter vers certaines choses également». Par contre, l’ancienne syndicaliste qui est très prompte à venir en soutien à ses semblables se verrait tromper dans ses espoirs en cas d’incivisme de leur part.

Ainsi dira t-elle, «Je serais très déçue un jour de vous voir dans les rues en train de jeter des pierres sans savoir pourquoi. Au moins avant de jeter des pierres, allez voir vos proches ou Mme le ministre, comme ça on saura c’est quoi votre problème et on pourra agir si vraiment on est au courant». En sa qualité de médecin-chercheuse et femme politique battante, Awa Marie Coll Seck est un femme modèle pour les étudiants, la jeunesse et surtout les filles en particulier. Dans un langage très verdict, l’ancienne responsable du groupe clinique-counseling du Comité national de lutte contre le sida (CNLS – 1989-1996) et coordinatrice des activités de prise en charge médicales et psychosociales des malades du sida, a sagement rappelé aux jeunes qu’il faut toujours opter pour le bon sens.

Membre fondateur ou membre de bureau de plusieurs associations et réseaux internationaux à travers le monde, celle qui aura été deux fois ministre de la santé du Sénégal (entre 2001-2003 puis 2012-2017), le Pr Awa Marie Coll Seck a fait part d’une consigne qui lui tient bien à cœur : «quand on me donne une responsabilité, je vais jusqu’au bout. Et ça c’est vraiment une recommandation que je vous donne vivement. A tous les niveaux, quel que soit ce que vous faites, une fois qu’on vous confie une responsabilité faites bien votre travail et allez jusqu’au bout».

S’adressant aux filles, Eva Marie Cool Seck les met en garde “faites attention aux harcèlements et prenez soin de vous car une femme est très précieuse et dans toutes les religions du monde la femme occupe une place particulière. Lorsque vous placez les barrières qu’il faut, on vous respecte».

Ayant prêté une attention si peu divertie à cette séance, aucun passage des propos de Mme la ministre d’Etat n’a échappé aux étudiants. Ils jurent d’ailleurs qu’ils ne manqueront pas de se renforcer avec ces enseignements, pour mieux se relancer dans la vie socioprofessionnelle et participer activement au développement de notre chère patrie comme l’a fait celle qui a été nominée à Dubaï en février 2017 comme « Meilleur ministre de la Santé » à l’occasion du 5e Sommet mondial des gouvernements.

En effet, c’est grâce à ses actions, que de grandes avancées ont été réalisées dans le secteur de la santé dans notre pays. Ainsi, on peut mettre à son actif plusieurs acquis dans le domaine des réformes institutionnelles (Couverture maladie universelle – CMU, la santé de la reproduction, l’initiative de gratuité des soins), la réforme hospitalière, le programme élargi de vaccination (l’introduction de nouveaux vaccins), la lutte contre (le paludisme, le sida), la santé des personnes du troisième âge, la motivation du personnel, la gestion financière, la contractualisation, les relations avec les partenaires ainsi que ses actions dans le cadre de la lutte contre Ebola et plusieurs autres politiques sociales établies par le Pr Awa Marie Coll Seck.

 

 

                Boubacar – laviesenegalaise.com

Partager cet Article avec Vos Amis ⇓⇓⇓

Sénégal - 17 milli
Dernière minute : S