HomeÉconomieAvec la ZLECA, le Sénégal compte développer davantage les services

Avec la ZLECA, le Sénégal compte développer davantage les services

Kaffrine, Inauguration chambre de commerce

Le Sénégal mise sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), dont l’accord a été signé en mars dernier, pour développer davantage le secteur des services en vue d’une croissance plus inclusive, a indiqué, mercredi, à Dakar, la directrice du Commerce extérieur, Assome Aminata Diatta.

Avec l’entrée en vigueur de la ZLECA, le Sénégal « compte relever le défi » consistant à développer le secteur des services, en appoint de ses produits traditionnels d’exportations, à savoir les cigarettes, le ciment et les produits halieutiques, a déclaré Mme Diatta.

La directrice du Commerce extérieur s’adressait à des journalistes en marge d’une réunion de sensibilisation sur la mise en œuvre de la ZLECA, qui devrait selon elle contribuer à l’industrialisation des pays africains.

Au total 44 pays africains ont décidé, en mars dernier, d’instaurer une zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) dont ils espèrent qu’elle va contribuer à l’accroissement des échanges commerciaux intra-africains.

Une dizaine de pays, dont le Nigeria, ont cependant émis des réserves sur les attentes de cette zone de libre-échange à laquelle ils n’ont pas encore adhéré.

La mise en place de la ZLECA « occasionnera une baisse des recettes fiscales mais en même temps une augmentation de recettes (…) plus importantes » sur un plan général, a dit Assome Aminata Diatta.

Elle a ajouté que cette baisse projetée des recettes fiscales pourrait induire une réduction du Produit intérieur brut (PIB) de l’ordre de 0,07 pour cent.

Edem Adzogenu, co-président du comité exécutif de l’Initiative AfroChampions, qui participait également à cette rencontre de sensibilisation, juge « incontournable l’intégration des marchés régionaux pour développer les économies africaines ».

Dans cette perspective, il dit militer pour la création « dans les 20 prochaines années, de multinationales africaines compétitives qui participeraient à l’émergence mondiale ».

Pour ce faire, les pays africains doivent travailler à l’avènement d’une croissance inclusive, a-t-il laissé entendre, avant de souligner la nécessité de développer dans cette perspective « plus de compétences et d’entreprises locales ».

APS

Partager cet Article avec Vos Amis ⇓⇓⇓

Transfert au PSG : u
Souvenirs : Il y a 1