HomeActualitéDispersion de la marche de l’opposition : «La démocratie est morte au Sénégal»

Dispersion de la marche de l’opposition : «La démocratie est morte au Sénégal»

La démocratie

Mankoo wattu Senegaal a marché vendredi, si on peut le dire ainsi, dans un nuage de fumée. Dès l’entame de la marche au siège de la Rts, les Forces de l’ordre, mobilisées en masse, ont balancé des grenades lacrymogènes pour disperser les marcheurs, écrit le quotidien, LeQuotidien.

Suffisant pour les victimes de crier «La mort de la démocratie au Sénégal», rapporte le journal. Babacar Mbaye, membre du comité directeur du Pds, responsable politique à Thiès et secrétaire général du mouvement de soutien à Karim Wade, a indiqué que Macky Sall venait de bâillonner les libertés fondamentales accordées par l’ancien régime en privant les manifestants d’un droit constitutionnel. «Le recours aux gaz lacrymogènes montre la faiblesse du pouvoir, car cet outil n’est que l’arme du faible», affirme-t-il.

De l’avis des initiateurs, même si les gens ne sont pas sortis en masse et qu’ils n’ont même pas pu marcher correctement, encore moins faire des déclarations, la marche n’a pas pour autant avorté. «La marche a bel et bien réussi», assurent les opposants à Macky Sall. «Que Macky sache que nous ne sommes pas des poltrons, qu’on ne va pas reculer et qu’on va continuer à dénoncer ses tares», criait Serigne Bassirou Mbacké, président du mouvement And ligueye Sénégal ak Karim.
Alors que Mankoo wattu Senegaal voulait marcher de la Rts au ministère de l’Intérieur, le préfet de Dakar a changé leur itinéraire en leur ordonnant de marcher de la Rts à la Place de l’Obélisque. Les manifestants avaient décidé d’investir le boulevard du Centenaire, précisément de la Rts à la Place de l’Obélisque, mais c’était sans compter avec des Forces de l’ordre impitoyables. «La marche n’a pas avorté, il y a eu une répression de la démocratie sénégalaise. Avec l’acte qu’il vient de poser, Macky montre aux Sénégalais son vrai visage, en autorisant la marche pour ensuite l’interdire sans le dire, en passant par les Forces de l’ordre», soutient Moustapha Seck, président de la Nouvelle alliance nationale démocratique.
Pour le Pr Malick Ndiaye, «nous avons plus qu’atteint l’objectif parce que nous nous sommes exprimés et l’expression, ce n’est pas seulement la parole, c’est l’acte, et les grenades lacrymogènes sont les meilleurs témoins du fait que le Peuple s’est exprimé aujourd’hui», des propos rapportés par lequotidien.

Commentez cet article

Partager cet Article avec Vos Amis ⇓⇓⇓

Partager l'articleShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on TwitterEmail this to someone
L’Etat «bloque»
Finale Zone 5 de Bok